Article Archivé

juillet 2015

L’incarcération depuis plus de 7 ans de l’ancien directeur des Impôts et ancien ministre camerounais présente une façade d’assainissement des mœurs publiques qui cachent mal une guerre fratricide dans le sérail camerounais. Embastillé dans un camp militaire à Yaoundé, Polycarpe Abah Abah se trouve ravalé par une avalanche de procès qui a suscité l’intérêt du Comité de libération des prisonniers politiques au Cameroun, une ONG française qui s’est mise sur ses traces depuis quelques mois. Voyage au cœur des tribulations judiciaires de l’ex-grand argentier national.

Suite à un article publié par le journal Mutations lundi dernier faisant état d’insultes entre deux membres du Gouvernement au cours d’une réunion des élites du département de la Lekié, le signataire de l’article a été convoqué mardi dernier à la police judiciaire. Ce que dénonce le Syndicat national des journalistes camerounais (Snjc) dont voici l’intégralité du communiqué.

C’est du moins l’une des recommandations formulées par les participants au Forum national de l’apprentissage qui s’est achevé ce mercredi 29 juillet à Yaoundé. Le ministre de l’Emploi a promis de mettre sur pied une structure devant veiller à la mise en application des résolutions de ce forum.

Le ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle organise depuis ce lundi 27 juillet un Forum national de l’apprentissage. Il est question, à l’issue des travaux, de sortir cet important vivier de ressources humaines de l’informel.

Après Brazzaville au Congo l’année dernière, Yaoundé s’apprête à être l’hôte du Congrès des Juristes Africains (COJA). Professionnels du droit, juristes d’entreprise, magistrats et universitaires de l’espace OHADA (Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires), CEMAC (Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale) et UEMOA (Union économique et monétaire ouest africain) se réunissent du 29 au 31 juillet prochain afin de réfléchir sur les problématiques que suscite l’application du droit des affaires.

Dans un droit de réponse publié ce jeudi 23 juillet par le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune, Me Claude Assira a soutenu avec force que les droits à la défense de son ancien client ne sont pas respectés par les juges du Tribunal criminel spécial. Accusé du détournement de deniers publics de la somme de 5 millions de dollars américains dans le cadre de l’achat de l’avion présidentiel, l’ancien secrétaire général à la présidence est reconnu comme prisonnier politique par des Ong françaises depuis juin 2014.

Cette association basée à Paris en appelle à la Coalition des pays touchés par le phénomène Boko Haram pour venir à bout de cette secte islamiste. L’intégralité du communiqué.

Cette association des Camerounais de la diaspora hostile au régime de Paul Biya accuse ce dernier d’avoir abandonné l’Extrême-Nord dans le sous-développement. L’intégralité du communiqué du CODE.

La directrice de l’Unesco a visité ce mardi le mausolée recontruits de Tombouctou. Selon Irina Bokova, cet organisme a saisi la Cour pénale internationale (CPI) au sujet des destructions des mausolées de Tombouctou par les jihadistes lorsqu’ils occupaient le nord du Mali (2012-2013).

Au cours d’assises qui se sont tenues début juillet à New York aux USA, cette organisation internationale qui regroupe toutes les formations politiques d’obédience socialiste de par le monde a condamné l'”emprisonnement politique” de l’ancien ministre camerounais de l’Administration territoriale, Marafa Hamidou Yaya, et appelé à sa libération. Voici du moins le communiqué de l’Internationale Socialiste au sujet de la situation du prisonnier politique camerounais.