Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Crise anglophone : L’Observatoire international des avocats en danger au secours de Me Nkongho Felix

Cameroun : Crise anglophone : L’Observatoire international des avocats en danger au secours de Me Nkongho Felix

0
Partages
Pinterest Google+

L’instance qui défend la cause des avocats menacés dans l’exercice de leurs fonctions dénonce les atteintes à la liberté d’expression de l’avocat camerounais détenu à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé.

L’Observatoire international des avocats en danger (Oiad) sort de sa réserve. Dans un communiqué rendu public le 16 mars dernier, l’Oiad dénonce l’arrestation de Me Felix Nkongho, avocat camerounais d’origine anglophone au mépris de la liberté d’expression à laquelle a droit tout avocat : « Les avocats, comme tous les autres citoyens, doivent jouir de la liberté d’expression, de croyance, d’association et de réunion. En particulier, ils ont le droit de prendre part à des discussions publiques portant sur le droit, l’administration de la justice et la promotion et la protection des droits de l’homme », peut-on lire dans le communiqué qui reprend la résolution 23  du 8e Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et le traitement des délinquants qui s’est tenu à La Havane (Cuba) du 27 août au 7 septembre 1990.

felix nkongho

D’après l’Observatoire qui s’appuie sur le dernier rapport d’Amnesty International : « le jour même de leur interpellation, les deux leaders avaient publié un communiqué appelant leurs soutiens à s’abstenir de toute forme de violence (…). Ces deux hommes auraient été arrêtés uniquement pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression. Ce mépris flagrant pour les droits élémentaires risque d’enflammer une situation déjà tendue dans la région anglophone du pays et illustre clairement la volonté de museler la dissidence ».

L’Oiad appelle les avocats camerounais à rester mobilisés pour cause de Me Felix Nkongho. Le procès de ce dernier est en cours au Tribunal militaire de Yaoundé pour « acte de terrorisme ». Il risque la peine de mort.

hurinews.com

Commentaires

commentaires

Article précédent

Antonio Gutierrez : « L’égalité des sexes est d’une importance cruciale pour le Programme de développement durable à l’horizon 2030 »

Article suivant

Cameroun : Acharnement : Comment le régime de Paul Biya persécute le réfugié politique D.Ambassa Zang depuis 8 ans