Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Justice : Un avocat des militants anglophones échappe à un assassinat

Cameroun : Justice : Un avocat des militants anglophones échappe à un assassinat

4
Partages
Pinterest Google+

Dans une alerte publiée sur sa page facebook, Me Emmanuel Simh, avocat au barreau du Cameroun, a été agressé à son domicile à Yaoundé dans la nuit du 18 au 19 mars par des personnes non identifiées. L’homme en robe noire n’a eu la vie sauve que grâce aux cris d’alerte d’un de ses fils.

Me Emmanuel Simh

Me Emmanuel Simh a t-il échappé à un assassinat ? C’est du moins ce que laisse croire l’avocat camerounais dans son récit sur sa page Facebook : « Cette nuit, exactement à minuit, alors que je revenais d’une réunion familiale, j’ai été agressé par trois individus cagoulés et vêtus de noir. Alors que je venais de descendre de voiture, un des trois individus m’a jeté au sol, tentant de m’étrangler. J’ai commencé à crier au secours, me débattant avec l’énergie du désespoir, et mon deuxième fils qui était encore au salon voyant la scène par la fenêtre a hurlé si fort que le voisin est sorti, après qu’il ait allumé son ampoule extérieure. Les assaillants, visiblement surpris, ont pris la fuite. Ces gens dont le dessein funeste n’est plus à démontrer, et qui étaient sans doute en mission commandée, ne m’ont rien demandé ni rien arraché. Je me suis immédiatement rendu à la police judiciaire pour déclarer cette agression et ensuite aux urgences de l’hôpital central pour les soins », relate Me Simh.

L’avocat qui pense que sa vie est en danger se souvient de ce que cette agression n’est pas la première : « …il y’ a deux ou trois ans, des individus avaient essayé de m’enlever vers 19 heures au quartier Anguissa à Yaoundé ». Avocat au barreau du Cameroun et militant du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), un parti d’opposition, Me Emmanuel Simh est réputé pour assurer la défense des personnes qui tombent sous le coup de la loi anti-terroriste du 23 décembre 2014 dont les militants de la cause anglophone. Une cause noble selon Me Simh qui lui a sans doute valu cette tentative d’assassinat mais qu’il entend défendre coûte que vaille : « je veux dire aux commanditaires de cet acte odieux que je n’ai pas peur. Pour moi la mort est une fatalité. Et mon combat est juste. Si je meurs sous leurs coups, de milliers de SIMH continueront le combat ».

Michel Biem Tong

Image de Me Emmanuel Simh, dans un hôpital après l’agression qu’il a subie

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Burundi : Référendum constitutionnel : Les défenseurs des droits humains en danger

Article suivant

Cameroun : Agression de Me E.Simh : L’ONG Mandela Center condamne