Accueil»Monde»Cameroun : Lutte contre Boko Haram : Comment musulmans et chrétiens apprennent à vivre ensemble

Cameroun : Lutte contre Boko Haram : Comment musulmans et chrétiens apprennent à vivre ensemble

0
Partages
Pinterest Google+

En cette période de lutte contre le terrorisme, la vie entre chrétiens et musulmans dans certains quartiers de Yaoundé est paisible.

Nous sommes à Tsinga, un quartier de Yaoundé où réside une forte communauté musulmans de venir à la prière avec des sacs au dos ou des sacs plastiques sous peine d’expulsion. Des mesures prises pour lutter contre la secte islamiste Boko Haram.

fes 2

La montée du radicalisme religieux aurait dû pousser à une méfiance entre chrétiens et musulman. Mais pour Moussa, muezzin de la mosquée, il n’en est rien : « avez-vous déjà entendu qu’il y a eu mésentente entre chrétiens et musulmans dans ce quartier ? Nous vivons ici pacifiquement, sans problème ».

Assis à l’entrée du lieu saint, Ismaël est un fidèle venu prier à la mosquée. Tout en confirmant l’harmonie qui caractérise la vie avec les chrétiens au quartier Tsinga, il dit échanger du phénomène de Boko Haram avec ses amis chrétiens. D’après Ismaël, les actions de Boko Haram vont à l’encontre de l’Islam : « aucun verset coranique ne demande de tuer au nom de l’Islam car Islam signifie paix et soumission à Dieu ».

fes 1

Du côté de la communauté chrétienne, l’acceptation du musulman est le maître-mot, comme ici à la paroisse catholique de l’immaculée conception, au lieu-dit Briqueterie : « l’école tout comme le centre de santé de la paroisse accueille toutes les sensibilités religieuse. Au centre de santé par exemple, le personnel est constituée tant de chrétiens que de musulmans et l’entente est plutôt parfaite », confie une responsable de la paroisse.

Michel Biem Tong

Charles Onana

Denis Atangana

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Justice : Le CL2P dénonce une « torture blanche »contre le prisonnier politique P. Abah Abah

Article suivant

Cameroun : Terrorisme : 101 détenus torturés par les services secrets et l’armée