Article Archivé

janvier 2018

Le gouvernement camerounais a pourtant déclaré lundi 29 janvier dernier que les 47 militants anglophones extradés du Nigéria dont le leader Sisiku Ayuk Tabe sont entre les mains de la justice. Mais depuis lors, les suspects n’ont pas encore accès à leurs avocats. Sisiku Ayuk Tabe et son staff arrêtés …

En livrant les leaders sécessionnistes anglophones aux autorités camerounaises si on en croit ces dernières, l’Etat du Nigéria a menti aux responsables du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés. La communauté internationale vivement interpellée.

Contacté par la rédaction, le bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés au Nigéria confirme leur détention à Abuja quoiqu’inaccessibles. Pourtant, des médias camerounais annoncent l’extradition au Cameroun des leaders séparatistes anglophones arrêtés le 5 janvier dernier dans un hôtel nigérian.

Il s’agit des réfugiés, des déplacés et des populations hôtes de ces derniers. Le plan de réponse humanitaire 2018 pour le Cameroun a été présenté ce jeudi 25 janvier 2018 à Yaoundé.

Ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire et neveu de Paul Biya, il est celui qui engagé, liquidé et ordonnancé le paiement des 380 millions de F CFA dont le détournement est reproché au syndicaliste Pierre Nyemeck.

Le Festival international de cinéma pour les droits de l’Homme et la Paix en République Centrafricaine aura lieu du 28 au 31 mars prochain dans la capitale centrafricaine.

L’activiste camerounais donne sa grille d’analyse sur la dernière sortie d’Amnesty International au sujet de l’arrestation au Nigéria des leaders séparatistes anglophones le 5 janvier dernier.

Ci-dessous, le communiqué du Comité international pour la réhabilitation et la libération d’Amadou Vamoulké parvenu à notre rédaction.

Pour avoir dénoncé à la police le paiement d’un marché non exécuté de près de 400 millions de F CFA, le syndicaliste a été jeté en prison pour « détournements de fonds publics ». Pourtant, le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Louis Paul Motaze, après avoir ordonné le paiement de ce marché fictif reste libre de ses mouvements.

L’ONG française Comité de Libération des Prisonniers Politiques reconnaît désormais cet homme d’affaires camerounais comme un détenu politique en raison de sa détention arbitraire reconnu récemment par l’ONU et de l’implication de certains hommes politiques camerounais dans ladite détention. Accusé de malversations financières, Achille Zogo Andela est détenu à la prison centrale de Yaoundé depuis fin mars 2011.