Article Archivé

juin 2018

Dans son rapport rendu public le 5 juin dernier à Yaoundé, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale fait une critique acerbe de la campagne anti-corruption lancée par le gouvernement il y a 15 ans.

Dans son rapport rendu public le 5 juin dernier, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale décrit le calvaire enduré par les défenseurs des droits humains en Guinée Equatoriale entre 2015 et 2017.

Alors qu’il rêvait d’une indépendance totale à l’aube de la décolonisation des pays africains, le peuple du Southern Cameroon s’est vu imposer par l’ONU un plébiscite sur le rattachement à la République du Cameroun (français), une « fake federation » et un Etat unitaire illégal par Ahidjo et Paul Biya, présidents successifs …

Le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale a rendu public le 5 juin dernier à Yaoundé un rapport sur la situation des droits de l’homme entre 2015 et 2017. La fraude électorale, les tripatouillages constitutionnels et la lutte contre le terrorisme sont d’après le Redhac facteurs de …

Créé il y a deux ans au Cameroun, le Comité de coordination des activités des transporteurs inter-Etat (Catie) s’investi dans la protection des intérêts des transporteurs opérant dans la zone CEMAC, qu’il soit camerounais où originaire de ladite zone.

Ci-dessous, l’intégralité du communiqué de l’ONG camerounaise parvenu à notre rédaction. Elle appelle à la mise sur pied d’une commission d’enquête internationale pour enquêter sur les massacres de Menka survenus le 25 mai dernier.

Dans un rapport qu’elle vient de rendre public, l’ONG Amnesty International accuse les forces de défense et de sécurité d’exécutions extrajudiciaires, de torture, d’incendies des cases villageoises. L’organisation pointe aussi du doigt les indépendantistes armés pour leurs nombreuses atteintes aux droits humains.

Eric Kouamo, rédacteur-en-chef de la télévision privée camerounaise Equinoxe TV et présentateur de l’émission « Regard Social » fait l’objet de multiples menaces de mort depuis plusieurs mois suite à une enquête réalisée sur le viol des enfants au Cameroun.

C’est du moins ce qu’en pense la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) dans un communiqué rendu public après la décision d’acquittement rendu par la Cour pénale internationale ce vendredi 8 juin 2018.Ci-dessous, l’intégralité du communiqué.

Ci-dessous, le communiqué conjoint des représentants de l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’enfance) et de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour les sciences, l’éducation et la culture) au Cameroun aux groupes armés indépendantistes anglophones. Dans ce communiqué, il est demandé à ces derniers de garantir le droit à l’éducation …