Article Archivé

juillet 2018

Un pêcheur, un gendarme à la retraite et bien d’autres jeunes abattus par l’armée camerounaise la semaine écoulée dans le Southern Cameroon, d’après des témoins.  Des corps retrouvés dans un village avec des mains attachées derrière le dos. L’ONU inquiète. Du sang continue de couler dans le British Southern Cameroon. …

D’après un témoin qui a requis l’anonymat, l’homme de Dieu a reçu deux balles de militaires camerounais sur la poitrine alors qu’il se trouvait à l’intérieur de sa voiture. Le gouvernement et l’Eglise catholique toujours silencieux au sujet de cet assassinat.

Elle donne une semaine au gouvernement pour donner des nouvelles de l’homme de Dieu. Les proches d’Isaac Attoh qui accusent l’armée camerounaise de l’avoir assassiné disent avoir appris que son corps a été sorti de la morgue de l’hôpital de Bali, au Southern Cameroon, puis enterré sans qu’ils aient été prévenus.

D’après ce rapport qu’elle vient de rendre public, l’ONG internationale reconnaît que la réponse violente apportée par le régime de Paul Biya aux revendications pacifiques de la minorité anglophone et l’arrestation des leaders indépendantistes anglophones en janvier dernier au Nigéria a suscité la naissance des mouvements indépendantistes qui ont porté atteinte au droit à l’éducation.

Sous Paul Biya, le militaire dispose du droit de vie ou de mort sur des citoyens sans avoir à rendre compte de quoi que ce soit à qui que ce soit. Bien plus, son régime sanguinaire et crapuleux s’évertue toujours à couvrir les basses oeuvres de l’armée là où on s’attend à une enquête puis à un procès devant le tribunal militaire.

Le cri de cœur de l’ONG camerounaise intervient quelques jours après la vidéo qui a fait le tour du monde et qui montre deux femmes et leurs enfants abattus par 3 militaires camerounais dans l’Extrême-Nord. Ci-dessous, le communiqué de Nouveaux-Droits de l’Homme-Cameroun parvenu à notre rédaction.

Le week-end dernier, le président de l’Assemblée nationale Cavaye Yéguié Djibril et non moins député du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), parti au pouvoir, a fait brûler les T-shirt et les pancartes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun, le parti du juriste et avocat international Maurice Kamto à Maroua, dans l’Extrême-Nord du Cameroun. Un acte qualifié d’ « inacceptable » par le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale qui crie à la violation du droit de manifestation et de la liberté d’association. Ci-dessous, l’intégralité du communiqué parvenu à notre rédaction.

Parmi les victimes enregistrées au courant de la semaine écoulée, une famille d’une dizaine de personnes dont des enfants d’un et 8 ans, des étudiants et un pasteur d’une église protestante qui serait d’origine ghanéenne.

C’est le bilan établi par des sources proches des milieux indépendantistes anglophones. Cette destruction des cases villageoises a entraîné la fuite de près de 60 000 personnes appartenant à près de 8000 familles.

Présidée par le ministre de la Jeunesse, la  cérémonie de lancement de ce sésame a eu lieu ce mercredi 11 juillet 2018 à Yaoundé. Cette carte permettra aux jeunes de 15 à 35 ans à avoir un accès à moindre coût à certains services sociaux ainsi qu’aux financements de leurs …