Article Archivé

novembre 2019

Dans une déclaration parvenue à notre rédaction, l’ONG camerounaise invite les autorités camerounaises à se conformer aux textes internationaux et régionaux garantissant un scrutin libre, inclusif et transparent avant la tenue de toute élection. L’intégralité de la déclaration ci-dessous :

Lors de sa prestation de serment le 20 novembre dernier, le président de la République à restaurer du Southern Cameroons aka Ambazonia a souhaité rencontrer le président de la République du Cameroun sur une table de négociation avec la Suisse comme médiateur. Dr Sako Ikome a pris le pouvoir sur fond de tensions entre sa faction et celle de son prédécesseur Sisiku Ayuk Tabe, kidnappé au Nigéria en janvier 2018 et remis aux autorités camerounaises qui le maintiennent captifs, lui et 9 membres de son cabinet, à la prison principale de Yaoundé.

C’est l’une des recommandations contenues dans le rapport établi par 5 enseignants anglais de l’University of Oxford et transmis fin octobre dernier au parlement anglais.

D’après des médecins parisiens, l’état de santé de l’ancien directeur général de la Cameroon radio and television, détenu à la prison centrale de Yaoundé depuis fin juillet 2016 pour malversations financières, nécessite une évacuation sanitaire hors du Cameroun. Amadou Vamoulké doit à nouveau comparaître ce jeudi 21 novembre 2019 au Tribunal criminel spécial pour la 24e fois. Ci-dessous, le communiqué de presse du Comité international de réhabilitation et de libération d’Amadou Vamoulké :

Le mandat de la Mission des Nations Unies pour la Sécurité en Centrafrique a été renouvelé le 14 novembre dernier. Selon Human Right Watch, la force de maintien de la paix de l’ONU aura pour mission de protéger les civils et de garantir la justice dans un contexte de regain de tension malgré les accords de paix signés en février dernier entre le gouvernement et les groupes armés. Ci-dessous, le communiqué de l’ONG :

Après les différentes sorties du Commitee to Protect Journalist (CPJ), Reporter Sans Frontière, PEN England, 65 organisations de la société civile ayant saisi l’Union et les Nations-Unies pour le cas de Paul CHOUTA, PEN International, aujourd’hui c’est PEN America, l’une des plus puissantes organisations au monde qui appelle à la libération immédiate du web journaliste et fustige une cabale judiciaire contre lui. Ci-dessous, le communiqué de Pen America :

Dans un rapport sur la crise anglophone au Cameroun dont la rédaction de www.hurinews.com a pu avoir copie, des chercheurs de la célèbre université anglaise reviennent sur la conférence de Mamfe organisée par les Nations Unies en août 1959 à l’issue de laquelle les populations de l’alors Southern Cameroons (aujourd’hui …

D’après l’ONG internationale Human Right Watch, à l’approche de la présidentielle du 12 décembre prochain en Algérie, les autorités algériennes intensifient la répression vis-à-vis des activistes qui s’opposent à la tenue de ce scrutin qui permettra aux fidèles de d’Abdelaziz Bouteflika de conserver le pouvoir. Ci-dessous, l’intégralité du communiqué de Human Right Watch

Le texte a été adopté le 11 novembre dernier par l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu. Mais l’adoption de la loi sur la protection des DDH attend toujours ai niveau national

Malgré la tenue du dialogue national du 30 septembre au 4 octobre dernier, des soldats camerounais continuent de brûler des villages et de massacrer des innocents dans le Cameroun anglophone, en quête de reconnaissance en tant qu’Etat après 58 ans d’annexion par la République du Cameroun (ex-Cameroun oriental français), d’après les indépendantistes anglophones. Entre le 2 et le 10 novembre dernier, 24 civils innocents ont été tués au cours des raids menés par des militaires camerounais. Liste des victimes ci-dessous: