Accueil»Afrique»Afrique : L’éducation des filles est cruciale pour former une main-d’œuvre qualifiée

Afrique : L’éducation des filles est cruciale pour former une main-d’œuvre qualifiée

2
Partages
Pinterest Google+

A l’occasion de la journée internationale de la fille qui se célèbre ce jeudi 11 octobre, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) invite les gouvernements africains à mettre fin à toute discrimination en matière d’éducation à l’encontre des filles enceintes et des mères adolescentes. Ci-dessous, le message de la FIDH.

(Nairobi, le 11 octobre 2018) – Les gouvernements africains devraient garantir le droit de toutes les filles à une éducation en mettant fin aux discriminations dont sont victimes celles qui sont enceintes ou qui ont des enfants, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch, à l’occasion de la Journée internationale de la fille, fêtée sous l’égide des Nations Unies.

Le thème de la réunion de cette année, « With Her: A Skilled GirlForce » (« Avec elle: pour une main d’œuvre féminine qualifiée »), revêt une importance particulière pour l’Afrique, où les gouvernements contraignent des dizaines de milliers de jeunes filles à abandonner leurs études prématurément et renoncent à les doter de compétences adéquates.

« L’Afrique ne pourra pas se doter d’une main d’œuvre qualifiée tant que les autorités chasseront les filles de l’école parce qu’elles sont enceintes », a déclaré Agnes Odhiambo, chercheuse senior auprès de la division Droits des femmes à Human Rights Watch. « Quand des filles ont accès à une éducation de qualité, elles acquièrent les compétences et les connaissances dont elles ont besoin pour réaliser leur potentiel et transformer leur vie, leurs familles et leurs communautés. »

En Guinée équatoriale, en Sierra Leone et en Tanzanie, les responsables gouvernementaux et académiques dénient aux filles enceintes le droit de fréquenter l’école. Dans les autres pays d’Afrique, les gouvernements ne font pas suffisamment d’efforts pour s’assurer que les mères adolescentes puissent reprendre le cours de leurs études après une grossesse. Lire la suite ici https://www.hrw.org/fr/news/2018/10/10/afrique-leducation-des-filles-est-cruciale-pour-former-une-main-doeuvre-qualifiee

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Présidentielle de 2018 : Transparency International dément avoir envoyé des observateurs

Article suivant

Cameroun : Présidentielle 2018 : Les Etats-Unis exigent la proclamation des résultats par bureaux de vote