Accueil»Dernières Infos»Après le discours de Paul Biya : 29 civils massacrés par l’armée dans le Cameroun anglophone

Après le discours de Paul Biya : 29 civils massacrés par l’armée dans le Cameroun anglophone

0
Partages
Pinterest Google+

Parmi les 10 victimes enregistrées à Mutengene (sud-ouest) se trouvent 4 membres d’une même famille. 4 cas d’homicides ont été signalés à Ekona, 15 à Limbé.  Des massacres perpétrés par des militaires camerounais qui interviennent quelques heures seulement après le discours radio télévisé du président camerounais Paul Biya prononcé au soir du 10 septembre dernier.

C’est au quartier « France » à Mutengene (sud-ouest anglophone), au petit matin de ce mercredi 11 septembre, quelques heures seulement après l’appel au dialogue sur la crise anglophone lancé par Paul Biya dans son discours, que des soldats camerounais ont massacré 10 jeunes cultivateurs. D’après des témoins contactés par hurinews.com, il s’agit de jeunes gens sur qui des soldats camerounais ont tiré dessus alors qu’ils dormaient sur une hutte en planche. Nos témoins indiquent que les jeunes ont été confondus aux Restorations Forces, les indépendantistes anglophones. Parmi les victimes se trouvent 4 membres d’une même famille.

D’autres sources révèlent qu’au même moment, 4 cas d’homicides ont été signalés à Ekona et 15 autres à Limbè. Des victimes des raids de l’armée camerounaise dans ces localités du sud-ouest anglophone. Est-ce donc cela la main tendue du président Biya pour un retour à la normale dans le Cameroun anglophone ? Comment peut-on appeler à un dialogue national et continuer de massacrer le peuple avec lequel on voudrait dialoguer ? De quel dialogue parle finalement M.Biya ?

Depuis le 1er décembre 2017, l’armée camerounaise et les forces indépendantistes anglophones se battent pour l’exercice de la souveraineté sur le British Southern Cameroons (actuelle régions anglophones du Cameroun). Pendant que le gouvernement de la République du Cameroun le considère comme une partie de son territoire depuis le référendum sur l’Etat unitaire du 20 mai 1972, les indépendantistes anglophones quant à eux estiment qu’il s’agit de leur territoire indépendant depuis le 1er octobre 1961 qui ne devait que se rattacher à la République du Cameroun voisine et que cette dernière, indépendante depuis le 1er janvier 1960, n’a d’aucune manière à clamer sa souveraineté sur le Southern Cameroons.

Michel Biem Tong

 

 

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Guerre de libération du Southern Cameroons : Des soldats camerounais massacrent 27 civils en une semaine

Article suivant

Cameroun : Opinion : Paul Biya et la communauté internationale ont-ils compris le problème anglophone ?

Aucun Commentaire

Laisser un réponse