Archive de l'auteur

Louis MBANGA

Louis MBANGA

Depuis son lieu de détention à la prison centrale de Yaoundé, le consultant média et activiste de la page Facebook et YouTube Médiatik s’est confié à votre journal en ligne hurinews.com sur les sévices corporels à lui infligés par les éléments de la Division de la Sécurité Militaire (SEMIL), organe du ministère de la Défense en charge des opérations sécrètes et du renseignement militaire. Kidnappé le 17 avril dernier par les agents SEMIL, Sébastien Ebala est accusé d’appel à manifestations sans autorisation à travers une vidéo virale sur les réseaux sociaux. Son procès est en appel alors qu’il n’a jamais interjeté appel.

Pour avoir dénoncé le rançonnement des populations locales par la police et la gendarmerie dans la localité de Moloundou, Moussa Dahirou, membre de l’ONG Mandela Center, est menacé de mort par un sous-officier de gendarmerie en service dans cette bourgade située à l’est du Cameroun. L’ONG dit avoir porté plainte pour menaces sous conditions.

D’après un rapport rendu public en fin de semaine dernière par l’ONG Amnesty International après celui de mars dernier, au moins 50 personnes ont été tuées par les forces de sécurité entre octobre 2019 et juillet 2020. Le rapport fait également état de 200 personnes arrêtées et d’au 70 détenus au secret. A en croire le rapport qui est rendu public à quelques semaines de la présidentielle prévue le 18 octobre prochain, le régime d’Alpha Condé a réprimé avec sévérité toute manifestation publique à la période couverte par l’enquête d’Amnesty. L’intégralité du rapport ci-dessous :

D’après le maire de la localité de Bali (nord-ouest), en fin de semaine dernière, plus d’une dizaine de jeunes ont été arrêtés dans certains quartiers de la ville de Bamenda (nord-ouest anglophone), embarqués dans des camions militaires, conduits vers Bali où ils ont été tué et jeté dans une rivière …

Dans une déclaration conjointe rendue publique, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique Centrale (REDHAC), Un Monde Avenir et Center for Human Right and Democracy in Africa dénoncent les atteintes aux libertés d’association et de manifestation, les violences policières, les arrestations et détentions arbitraires des journalistes et manifestants, les actes de tortures et autres traitements inhumains et dégradants, l’utilisation abusive de la loi « N° 2014/028 du 23 décembre 2014 Portant « répression des actes de terrorisme au Cameroun », dans le cadre de la marche pacifique du 22 septembre dernier. Ci-dessous, l’intégralité de la déclaration parvenue à la rédaction de www.hurinews.com:  

C’est le bilan établi par le cabinet d’avocat international Amsterdam and Partners après la marche pacifique du 22 septembre à laquelle a appelé le principal opposant Maurice Kamto. La firme américaine parle également des cas de tortures, de blessés à l’arme blanche.

Le Cabinet d’avocats américain Amsterdam and Partners a été retenu par l’opposant Maurice Kamto pour défendre en justice les manifestants qui seraient arrêtés et détenus dans le cadre des marches pacifiques anti-Biya prévues ce 22 septembre à travers le pays.

Membre du mouvement citoyen La Lucha, Oivier Muhubiri est porté disparu depuis le 15 septembre dernier à Uvira,dans le Sud-Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo. Le militant des droits de l’homme dénonçait l’assassinat de civils par des groupes armés.

Au cours d’un point de presse ce 15 septembre 2020 à Yaoundé, la Coalition Tournons La Page-Cameroun a procédé à l’évaluation de la démocratie depuis son avènement à la fin des années 1990.

Le collectif des avocats de l’ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, exilé en France, dénonce les maltraitances infligées par le régime d’Alassane Ouattara sur deux membres de sa famille en détention et atteint de COVID 19, dans le but de le contraindre à renoncer à sa candidature pour la présidentielle d’octobre prochain.