Accueil»Afrique»Burkina Faso : Lutte contre le terrorisme : Blaise Compaoré hors-jeu

Burkina Faso : Lutte contre le terrorisme : Blaise Compaoré hors-jeu

6
Partages
Pinterest Google+

Au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 23 mai à Ouagadougou, l’organisation de la société civile Balai Citoyen a soutenu que l’ancien président du Faso n’est pas l’homme de la situation dans la quête par le Burkina Faso des solutions contre la montée du terrorisme.

Dans un courrier confidentiel adressé en avril dernier au président de la République du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, l’ancien président, Blaise Compaoré, exilé en Côte d’Ivoire depuis sa chute le 31 octobre 2014 à la suite d’un soulèvement populaire, s’est dit prêt à œuvrer pour trouver une solution au terrorisme qui bat son plein dans la partie septentrionale du pays. Mais pour le Balai Citoyen, difficile de croire que le pyromane se mue du jour au lendemain en sapeur-pompier.

Au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 23 mai 2019 à son siège au quartier Wayalghin à Ouagadougou, le mouvement citoyen par la voix de son porte-parole, Me Guy Hervé Kam, a soutenu que Blaise Compaoré devrait d’abord faire le bilan de 27 ans de son règne marqué par la mal gouvernance et les assassinats dont celui du journaliste d’investigation Norbert Zongo, avant de prétendre résoudre le problème du terrorisme au Burkina Faso. Au Balai Citoyen, on s’est voulu formel : Blaise Compaoré est responsable de la montée en puissance du terrorisme au Faso.

Du terrorisme, il a été question au cours de ce rendez-vous avec les hommes de médias. Dans sa déclaration liminaire, le Balai Citoyen a salué les opérations militaires menées en ce moment avec succès par les forces de défense et de sécurité burkinabè pour anéantir les groupes terroristes, notamment les opérations Otapuanu dans les régions de l’Est et du Centre-Est et l’opération Ndofu en cours dans le Sahel et le Centre-Nord. L’organisation de la société civile a cependant demandé aux forces de défense de mener cette guerre contre le terrorisme dans le respect des droits humains.

Michel Biem Tong

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun: Poursuite de la détention arbitraire et du harcèlement judiciaire à l’encontre de M. Michel Biem Tong

Article suivant

Cameroun : Répression : Au secours, ils musèlent tout le monde !