Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Alerte : Risque de carnage dans le Southern Cameroon

Cameroun : Alerte : Risque de carnage dans le Southern Cameroon

3
Partages
Pinterest Google+

D’après un message audio qui circule dans les milieux indépendantistes anglophones, l’armée de l’air et des unités parachutistes sont sur le point de se déployer dans 3 localités du Southern Cameroon en vue de neutraliser les bandes armées indépendantistes. L’usage disproportionné de la force est à craindre car elle ferait plus de victimes chez les populations civiles.

D’après un message audio de Chris Anu,  journaliste et porte-parole du gouvernement provisoire des indépendantistes anglophones, l’armée camerounaise est sur le point de lâcher des bombes à Widikum, Batibo et dans le Lebialem en vue de neutraliser les résistants armées indépendantistes dans le Southern Cameroon, partie anglophone du Cameroun. Selon ce message audio, des éléments du Bataillon des troupes aéroportées sont déjà présents à Widikum, non loin de Bamenda, des alphajets positionnés à la base aérienne 101 de Yaoundé et à la base drone de Garoua.

Selon le message audio du journaliste Chris Anu qui dit tenir son information d’une note confidentielle au sein de l’armée, ces Alphajets n’attendent plus que le « OK » du chef de l’Etat, Paul Biya, pour décoller, larguer leur charge et revenir sur le tarmac. D’après le message, cette opération militaire a pour but de « désambazoniser » les localités suscitées afin d’assurer la quiétude de la célébration de la fête nationale de l’unité prévue le 20 mai prochain.

Des éléments du Bataillon des troupes aéroportés du Cameroun

Terrorisme institutionnel

hurinews.com a cherché à vérifier cette information. La tentative de joindre le colonel Didier Badjeck, chef de la cellule de communication du ministère de la Défense, a été infructueuse. Si cette information est avérée, on ne pourrait qu’être surpris d’une telle option militaire qui n’est pas sans risque pour les populations civiles car l’on est face à un usage disproportionné des moyens de dissuasion. D’après un récent rapport d’International crisis group, plus de 100 civils ont déjà été tués contre 43 éléments des forces de défense et de sécurité depuis octobre dernier.

Voilà où est ce qu’on en arrive lors qu’un gouvernement veut à tout prix et à tous les prix défendre un Etat unitaire obtenu en mai 1972 en usant de la cupidité, de la force, de la fraude, de la duperie, ce, en violation tant de la résolution 1608 des Nations Unies qui octroie l’indépendance au Southern Cameroon que de la constitution fédérale du Cameroun, socle fondateur de l’Etat du Cameroun comme entité intégrant les communautés anglophone et francophone. Cette constitution interdisait toute révision de la forme fédérale de l’Etat. Mais Amadou Ahidjo et Paul Biya sont passés outre. Aujourd’hui, Paul Biya déclare la guerre à ceux qu’il appelle des « terroristes » alors que l’unité et l’intégrité qui lui sont si chères sont fondées sur un coup d’Etat constitutionnel, mieux un « terrorisme institutionnel ». De qui se moque t-on ?

Michel Biem Tong

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Affaire Camair 1995 : Le neveu de Paul Biya, Louis Paul Motaze, cité dans un scandale de corruption

Article suivant

Cameroun : Justice/Brice Zogo: "Mon père n'a rien volé à personne"