Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Après la libération de Rosange Njimegni et Cie : Le CL2P appelle au respect de la liberté d’opinion

Cameroun : Après la libération de Rosange Njimegni et Cie : Le CL2P appelle au respect de la liberté d’opinion

0
Partages
Pinterest Google+

L’ONG parisienne acquise à la cause des prisonniers politiques à travers l’Afrique centrale qualifie de honteux le verdict condamnant avec sursis des militants du parti d’opposition Mouvement pour la renaissance du Cameroun malgré leur mise en liberté. Ci-dessous la déclaration du CL2P :

Paris le lundi 06 avril 2020

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) a appris avec regret la condamnation à 2 mois de prison ferme avec 3 ans de sursis de 4 militants du parti d’opposition Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC).

Il s’agit de:

  • Rosange Njimegni,
  • Mbieda Laurent,
  • Fonga Jean
  • et Jean Marie Kamtchouang.

Ces derniers ont été interpellés par des forces de sécurité le 3 février 2020 alors qu’ils menaient une campagne de sensibilisation sur le boycott des législatives et municipales du 9 février 2020. Le verdict a été rendu ce jeudi 2 avril 2020 par le Tribunal de première instance de Bangangté, à l’ouest du Cameroun.

Malgré la libération des prévenus, il y a lieu de regretter que les magistrats ayant rendu ce verdict honteux n’aient pas pris en compte non seulement les nombreuses irrégularités de la procédure qui emportent nullité absolue de cette dernière selon la loi camerounaise, mais aussi la vacuité du dossier d’accusation.

En foi de ce qui précède, le CL2P:

  • Se dit satisfait de la mise en liberté des prévenus mais attend encore mieux, à savoir l’annulation pure et simple de cette procédure
  • Dit non à l’instrumentalisation de la justice aux fins de bâillonnement des militants politiques
  • Invite le gouvernement de la République du Cameroun à se conformer aux instruments juridiques internationaux qu’il a dûment ratifiés, notamment le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, puis la Charte africaine des droits de l’homme, qui protègent la liberté d’expression et la liberté d’opinion.
  • Appelle à la libération de tous les autres prisonniers d’opinion qui croupissent par millier dans les prisons camerounaises.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Justice : 4 prisonniers politiques libérés à Bangangté

Article suivant

Cameroun : Crise anglophone : Ce qu’Amnesty International doit savoir au sujet des groupes armés séparatistes