Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Après le contentieux post-électoral : S’achemine-t-on vers une révolte populaire ?

Cameroun : Après le contentieux post-électoral : S’achemine-t-on vers une révolte populaire ?

3
Partages
Pinterest Google+

Des descentes massives des populations dans les rues des grandes villes du pays sont envisagées aussi bien au Cameroun qu’à l’extérieur du pays. Il est question de dénoncer une mascarade électorale qui permet à Paul Biya de rempiler pour un autre mandat de 7 ans.

Comme il fallait s’y attendre, le Conseil constitutionnel, dont la quasi-totalité des 11 membres sont des militants du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (le parti de Paul Biya), a rejeté tous les recours en annulation totale ou partielle du scrutin présidentiel introduits par l’opposition y compris ceux de Maurice Kamto. Pour une bonne partie de l’opinion camerounaise tout comme pour les partisans du candidat du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, ce dernier est le vainqueur de la présidentielle du 7 octobre dernier.

Alors que la proclamation des résultats est prévue pour le 22 octobre prochain, les manifestations de rue se préparent en vue de contester ces résultats qui sans nul doute donneront Paul Biya vainqueur à un score de 71 à 72%. Ce dimanche 21 octobre 2018, une marche de protestation est prévue dans la ville de Douala en vue de dire « non » à la « victoire volée du peuple ». La ville de Douala a toujours été considérée comme un foyer de contestation politique : les « villes-mortes » de 1991 et les émeutes de fin février 2008.

Certains leaders politiques de l’opposition appellent d’ores et déjà à la prise de la rue pour dénoncer le hold-up électoral du clan Biya. C’est le cas d’Edith Kah Walla du Cameroon. La présidente du Cameroon people party et du mouvement Stand Up For Cameroon a écrit ceci sur son compte Twitter : « Aucune garantie qu’ils ne vont pas tirer. Mais, plus on est nombreux, plus difficile c’est. Si on est sur Yde, c’est plus compliqué pour eux. Si nous continuons à avancer malgré les tirs, ça devient vraiment difficile. Si nous restons non-violents encore plus compliqué ».

 

La diaspora camerounaise envisage également de battre le pavé. Les manifestations des Camerounais vivant aux Etats-Unis ont eu lieu ce vendredi 19 octobre à Washington DC. Ce samedi 20 octobre, ce sera au tour de ceux de l’Allemagne de se faire entendre. Lundi 22 octobre, les Camerounais vivant en France préparent une manifestation devant l’ambassade du Cameroun à Paris.

Le 8 octobre dernier, au lendemain du scrutin présidentiel, Maurice Kamto s’est déclaré vainqueur de la présidentielle de 2018. Le candidat du Mrc a invité le président sortant Paul Biya à organiser une transition pacifique pour éviter une crise post-électorale.

www.hurinews.com

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Selon des ONGs camerounaises : L’élection présidentielle n’a été ni juste, ni transparente

Article suivant

Cameroun : Climat post-électoral : Maurice Kamto menacé d’assassinat, la liberté d’expression en péril