Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Arbitraire : Des soldats camerounais veulent utiliser la force pour faire voter les Anglophones

Cameroun : Arbitraire : Des soldats camerounais veulent utiliser la force pour faire voter les Anglophones

5
Partages
Pinterest Google+

Pour briser le mot d’ordre de blocus total décrété par les indépendantistes anglophones du 6 au 11 février 2020, les militaires camerounais envisagent d’utiliser la force pour contraindre les populations vivant dans le Southern Cameroons (nord-ouest et sud-ouest anglophone du Cameroun) à aller voter  le 9 février prochain dans le cadre des  élections législative et municipale. Le blocus a été décrété pour empêcher la tenue de ce scrutin en zone anglophone.

Le régime de Paul Biya en est sans doute conscient. Si les élections législative et municipale sont boycottées à 100% dans le Southern Cameroons (nord-ouest et sud-ouest), la séparation sera actée. Alors, il faut tout faire pour que le scrutin ait lieu dans cette zone. Le haut commandement militaire en est préoccupé. D’après des sources proches de la hiérarchie militaire, des hauts gradés de l’armée se sont réunis ce samedi 25 janvier 2020 à Yaoundé pour discuter des mesures à prendre  en vue de contraindre les populations anglophones à aller voter le 9 février prochain.

D’après une source au sein du ministère camerounais de la Défense contactée par hurinews.com, il a été décidé au cours de cette réunion qu’à partir de la semaine prochaine, les soldats procéderont à des arrestations massives des personnes qui seront enfermées dans les centres de vote retenus dans les régions anglophones. Jusqu’à la date des élections le 9 février prochain, elles seront nourries et celles qui voudront sortir devront d’abord voter, rapporte notre informateur.

Des soldats du Bataillon d’intervention rapide (BIR)

Des militaires menacent les hommes d’affaires à Santa

Selon une source locale à Santa (nord-ouest anglophone), au lieu-dit Mile 12, des soldats camerounais auraient ce samedi 25 janvier 2020 menacés les commerçants et autres hommes d’affaires de répression s’ils suivent le mot d’ordre de lockdown (blocus total) décrété par les indépendantistes. En guise de rappel, dans le but d’empêcher la tenue du scrutin législatif et municipal, le mouvement indépendantiste anglophone a décrété le 13 janvier dernier, un blocus total de toute activité socio-économique (sauf la santé et l’humanitaire) entre le 6 et le 11 février 2020 sur toute l’étendue du Southern Cameroons.

Si voter est un droit du citoyen autant qu’un devoir citoyen, nul ne peut être contraint de faire ce qu’il ne veut pas. Pas plus qu’il ne doit être détenu arbitrairement pour cela. C’est une violation grave des droits humains. Les militaires camerounais doivent le savoir.

Michel Biem Tong

Commentaires

commentaires

Article précédent

Conflit dans le Cameroun anglophone : L’armée incendie près de 600 maisons et massacre environ 75 civils en une semaine

Article suivant

Cameroun : Défenseurs des droits humains en danger : Les bureaux du REDHAC incendiés par des inconnus