Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Assassinat de Florence Ayafor : La famille de la défunte saisit le tribunal militaire de Yaoundé

Cameroun : Assassinat de Florence Ayafor : La famille de la défunte saisit le tribunal militaire de Yaoundé

0
Partages
Pinterest Google+

La famille de la gardienne de prison assassinée fin septembre dernier dans un village au nord-ouest anglophone, s’est attachée les services de l’avocate d’origine française Me Dominique Fousse. Cette dernière a saisi le tribunal militaire d’une plainte contre X pour actes de terrorisme.

L’affaire Florence Ayafor connaitra bientôt son volet judiciaire. Invitée de « Dimanche avec vous » ce 20 octobre 2019, émission diffusée chaque après-midi sur la chaîne de télévision privée camerounaise Equinoxe Télévision, Me Dominique Fousse a annoncé qu’elle s’est constituée pour défendre la famille de la gardienne de prison en service à Bamenda, assassinée le 29 septembre dernier à Pinying (village dans le nord-ouest anglophone) alors qu’elle revenait des obsèques d’un proche parent. Ses bourreaux ont filmé son assassinat avec mutilation puis décapitation avant de publier la vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux. L’on a appris de Me Fousse que son cabinet d’avocat a déposé une plainte contre inconnu au Tribunal militaire de Yaoundé pour « actes de terrorisme ». Un chef d’accusation passible de peine de mort selon la loi anti-terrorisme du 23 décembre 2014.

Basée à Douala, Me Dominique Fousse, avocat au barreau du Cameroun, est réputée pour sa sollicitude et son engagement à l’égard des cas sociaux parfois désespérés. Cette annonce de l’avocate intervient après que vendredi 18 octobre 2019, le gouverneur du Nord-Ouest, Adolphe Lele Lafrique, ait rendu visite à la famille de la défunte à Bamenda. Lele Lafrique était non seulement porteur d’un message de réconfort du président de la République Paul Biya mais aussi d’une enveloppe de 1 million de FCFA. A la famille qui réclame justice, l’autorité administrative a répondu que les enquêtes sont en cours.  Sans préciser qui les a ouvertes et quand.

Crime d’Etat

Rappelons que le 10 octobre dernier, le gouvernement américain via son ambassade à Yaoundé a demandé une enquête « équilibrée » et la traduction des auteurs de ce crime crapuleux en justice pour un procès équitable et transparent. Le 13 octobre, l’Ambazonian Defense Forces, l’une des branches armées du mouvement indépendantiste anglophone a annoncé l’arrestation de 3 des assassins de la gardienne de prison.

Me Dominique Fousse, avocate française de la famille Ayafor

 

Depuis l’assassinat de Florence Ayafor, le gouvernement camerounais est resté muet. Pas un seul communiqué officiel. Aucune déclaration de la part du ministère de la Justice, tutelle de la gardienne de prison. D’après une enquête menée par votre journal en ligne www.hurinews.com, nous avons démontré qu’il ne s’agit ni plus ni moins que d’un crime d’Etat impliquant certains barons du régime de Yaoundé. L’objectif du pouvoir de Yaoundé en commanditant l’assassinat de Florence Ayafor était de donner la preuve aux diplomates occidentaux présents au dialogue national que les groupes séparatistes armés étaient des « criminels », des « terroristes » avec lesquels aucun dialogue n’est possible.

Vivement qu’avec cette plainte, que la procédure s’accélère, que la vérité éclate et que les coupables soient sévèrement punis. Mais la famille de la défunte aura-t-elle droit à cette justice qu’elle appelle de tous ses vœux, les commanditaires de son assassinat étant hautement puissants ?

Michel Biem Tong  

 

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Crise anglophone : Le jour où Atanga Nji annonçait l’intensification des kidnappings contre rançons

Article suivant

Cameroun : Crise anglophone : Comités de vigilance où milices gouvernementales ?