Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Assassinat : La coiffeuse de Chantal Biya suspectée d’avoir empoisonné une activiste en France

Cameroun : Assassinat : La coiffeuse de Chantal Biya suspectée d’avoir empoisonné une activiste en France

7
Partages
Pinterest Google+

D’après les révélations du célèbre journaliste et activiste camerounais J.Rémy Ngono, Brigitte Tchouante, membre de la Brigade anti-sardinards, une organisation de la diaspora camerounaise qui conteste la légitimité du président Paul Biya, a été empoisonnée.   La coiffeuse de la Première Dame du Cameroun qui est également la cousine de la défunte est impliquée dans cet assassinat. Le président du Sénat camerounais et la ministre de l’Habitat et du Développement urbain impliqués. La justice française enquête sur cette affaire.

La soixantaine sonnée, elle était considérée comme la doyenne des « Amazones » de la Brigade anti-Sardinards (BAS), une organisation des camerounais de la diaspora créée au lendemain de la présidentielle du 7 octobre 2018 pour contester la réélection de Paul Biya. Brigitte Tchouante, communément appelée « Maman Brigitte » a été retrouvé morte à son domicile à Paris le 2 juin dernier. Le corps se trouve à la morgue pour une autopsie à la demande de la police française.

D’après les révélations faites par le journaliste et activiste camerounais exilé en France J.Rémy Ngono, au cours d’un live show sur son compte Facebook mardi 23 juillet dernier, la justice française a ouvert une enquête sur ce décès et les premiers indices laissent apparaître quelques suspects impliqués dans ce cas d’empoisonnement. La suspecte N°1, à croire notre confrère, n’est autre qu’une certaine Gertrude, coiffeuse de Chantal Biya et cousine de la défunte.

Selon le récit de Rémy Ngono, la fille de « Maman Brigitte », des avocats de l’actuel président du Sénat, Niat Njifenji Marcel et la ministre de l’Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, se sont activés pour que le corps soit transférés immédiatement au Cameroun pour inhumation. Mais la justice française a refusé d’accéder à cette demande pour des besoins d’enquête.

Rappelons que « Maman Brigitte », Gertrude, le président du Sénat et la ministre Célestine Ketcha sont tous originaires du Nde, à l’Ouest du Cameroun. Le pouvoir de Yaoundé est-il passé par ces dignitaires du régime pour atteindre la défunte ? Ce même pouvoir a-t-il utilisé les relations familiales de Gertrude avec « Mama Brigitte » pour la liquider physiquement ? La BAS est une organisation qui créée des sueurs froides au régime de Paul Biya notamment dans ses rapports avec les pays occidentaux. Plusieurs de ses membres sont dans la ligne de mire du pouvoir de Yaoundé.

hurinews.com

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Mutinerie à la prison de Yaoundé : Amnesty International exige une enquête sur l’usage des balles réelles par la police

Article suivant

Cameroun : Répression : Près de 60 membres de l'opposition torturés au SED selon Amnesty International