Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Conflit anglophone : Une dizaine de corps de jeunes abattus par des soldats découverts dans une rivière à Bali

Cameroun : Conflit anglophone : Une dizaine de corps de jeunes abattus par des soldats découverts dans une rivière à Bali

4
Partages
Pinterest Google+

D’après le maire de la localité de Bali (nord-ouest), en fin de semaine dernière, plus d’une dizaine de jeunes ont été arrêtés dans certains quartiers de la ville de Bamenda (nord-ouest anglophone), embarqués dans des camions militaires, conduits vers Bali où ils ont été tué et jeté dans une rivière coulant sous un pont, appelée Naka.

D’après  un échange téléphonique en langue locale entre le maire de la localité de Bali (nord-ouest anglophone) et son interlocuteur non identifié, dont hurinews.com détient l’audio, dans la nuit du samedi 26 septembre au dimanche 27 septembre 2020 à 2h du matin, plus d’une dizaine de jeunes gens ont été arrêtés par des militaires camerounais dans la ville de Bamenda (capitale du nord-ouest) et conduits dans des camions de l’armée vers le pont Naka, sur la route de Bali où ils ont été abattus et leurs corps entassés au bord de la rivière qui coule sous ce pont : « le mois dernier c’était le même scénario », renchérit l’autorité municipale au cours de l’échange téléphonique.

Les soldats camerounais sont responsables de massacres sur des civils dans le Cameroun anglophone. D’après des témoins sur place, les militaires prennent pour cibles les populations civiles innocentes parce que (1) elles refusent de dénoncer les indépendantistes armés auprès de l’armée (2) elles sont les membres des familles de ces combattants indépendantistes et ainsi tuer un membre de sa famille pourrait affaiblir le moral du combattant et amener la population locale à renoncer à la lutte d’indépendance (3) il faut priver les groupes armés indépendantistes de potentiels combattants. Voilà pourquoi les victimes sont généralement de jeunes garçons âgés de 19 à 36 ans.

Depuis décembre 2017, l’armée de la République du Cameroun affrontent les indépendantistes anglophones armés. La première estime vouloir préserver l’unité et l’intégrité territoriales du Cameroun (anglophone et francophone). Les seconds quant à eux estiment que leur territoire appelé Southern Cameroons a été annexé par la République du Cameroun qui en a fait ses régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Ils pensent que le Southern Cameroons est indépendant depuis le 1er octobre 1961 et n’est pas de droit une partie de la République du Cameroun. Dans un article publié récemment, hurinews.com a démontré que les revendications indépendantistes du peuple anglophone sont légitimes au regard de l’histoire et du droit international.

Michel Biem Tong

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Marche du 22 septembre : Le REDHAC au secours des manifestants détenus

Article suivant

Guinée : Manifestations publiques : Encore un rapport accablant d’Amnesty International sur le régime de Condé