Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Conflit dans le Cameroun anglophone : Des soldats abattent 12 conducteurs de mototaxis à Ndu (nord-ouest)

Cameroun : Conflit dans le Cameroun anglophone : Des soldats abattent 12 conducteurs de mototaxis à Ndu (nord-ouest)

0
Partages
Pinterest Google+

Les transporteurs ont été tué dans un village appelé Mbot. Mais d’après la propagande orchestrée par des activistes proches du pouvoir en place, il s’agit de séparatistes armés neutralisés.

Encore un cas d’exécutions extra-judiciaires dans le Cameroun anglophone. De sources locales, 12 conducteurs de moto-taxis bien connu dans le village ont été abattus le 4 novembre 2019 par des soldats camerounais au village Mbot, dans l’arrondissement de Ndu, au nord-ouest anglophone. Les transporteurs ont sans doute été confondus à des séparatistes armés.

Mais d’après des images que font circuler  ce 6 novembre l’armée camerounaise, il s’agit de séparatistes armés neutralisés alors qu’ils étaient sur le point de s’attaquer à une école du village. Curieusement, les images des corps qui gisent sur un sol gazonné ne donnent à voir  aucune arme sur eux.

Mais pour donner l’impression qu’il s’agit de séparatistes armés, la propagande menée par certains cyber-activistes proche du pouvoir de Yaoundé a montré des photos de vieux fusils de chasse qui auraient été récupérés des « Amba Boys » tués par des soldats camerounais.

Malgré la tenue du grand dialogue national pour une solution au problème anglophone du 30 septembre au 4 octobre dernier, les massacres des civils par l’armée camerounaise se poursuivent. Le 3 novembre dernier, 2 jeunes gens ont été abattus par des soldats camerounais à Bamenda (nord-ouest anglophone).

L’armée est également accusée d’avoir incendié le 30 octobre dernier une dizaine de maison à Bafut et un centre de santé à Bwiyuku dans la localité de Tolè (sud-ouest anglophone).  S’agissant de l’hôpital, la communication de l’armée a pointé du doigt les séparatistes armés.

www.hurinews.com

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Liberté d’expression : Pen International appelle à la libération du journaliste Paul Chouta

Article suivant

Conflit dans le Cameroun anglophone: 25 civils massacrés par l’armée camerounaise en une semaine

Aucun Commentaire

Laisser un réponse