Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Crise dans le Southern Cameroon : Le message de l’ONU aux indépendantistes

Cameroun : Crise dans le Southern Cameroon : Le message de l’ONU aux indépendantistes

0
Partages
Pinterest Google+

Ci-dessous, le communiqué conjoint des représentants de l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’enfance) et de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour les sciences, l’éducation et la culture) au Cameroun aux groupes armés indépendantistes anglophones. Dans ce communiqué, il est demandé à ces derniers de garantir le droit à l’éducation aux enfants.

Yaoundé, 1er juin 2018: Le Représentant de l’UNICEF au Cameroun, M. Jacques Boyer, et le Directeur du Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique centrale et Représentant pour le Cameroun, M. Salah Khaled, exhortent les ravisseurs à libérer immédiatement TOUS les personnels de l’Education qui ont été enlevés dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest du Cameroun.

L’UNICEF et l’UNESCO au Cameroun demandent donc à tous les acteurs et dirigeants de cesser immédiatement d’attaquer les écoles, les enseignants et les responsables de l’éducation et de permettre à tous les élèves de retourner en classe en toute sécurité pour poursuivre leurs études et examens.

Depuis le début du conflit en novembre 2016, des écoles dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun ont été ciblées. La situation de sécurité qui prévaut se détériore avec un impact profond sur les activités académiques. À ce jour, 40 écoles ont été incendiées. Environ 33 000 élèves ne vont pas à l’école pour des raisons de sécurité, d’attaques et d’enlèvements.

Plusieurs écoles n’ont pas fonctionné au cours des deux dernières années scolaires successives (2016-2017 et 2017-2018). Ceux qui fonctionnent manquent des fournitures et du matériel requis et ont également été victimes de pillage et de destruction des quelques articles disponibles. En conséquence, les filles et les garçons sont vulnérables à l’exploitation sexuelle et économique et à la violence domestique.

“Je condamne fermement tous les meurtres et enlèvements de travailleurs de l’éducation et tous les actes de destruction des infrastructures scolaires et de violence perpétrés contre les étudiants, les écoles et leur personnel”, a déclaré M. Salah Khaled.

“Aucune intimidation ne devrait être tolérée par tous les partenaires bien intentionnés qui cherchent à promouvoir les droits des enfants à une éducation de qualité dans un environnement sûr, protecteur et sécurisé. Aucune raison ne peut être avancée pour justifier les attaques injustifiées contre les enfants en général et les élèves qui cherchent à acquérir des connaissances et des compétences pour devenir des citoyens utiles à l’avenir afin de pouvoir contribuer au progrès économique et social de leur pays. a déclaré M. Jacques Boyer.

Nous demandons au gouvernement camerounais et à toutes les parties prenantes d’approuver et d’adhérer aux principes de la Déclaration sur la sécurité dans les écoles et de veiller à protéger les écoles – établissements, enseignants, enfants et autres membres du personnel qui exercent leur droit à l’éducation.

Nous nous réunissons pour réaffirmer que les civils (enfants, hommes et femmes), pris dans le conflit et ceux qui s’occupent d’eux sont #NotATarget. Nous appelons toutes les parties prenantes impliquées dans ce conflit à prendre des mesures pour les protéger.

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Sortie de l’ambassadeur des USA : Cautionnent-ils le massacre des Anglophones ?

Article suivant

RD Congo : Acquittement de Jean Pierre Bemba : Une insulte de la CPI aux milliers de victimes