Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Détention arbitraire : 2 jeunes anglophones séquestrés dans un camp militaire au nord-ouest

Cameroun : Détention arbitraire : 2 jeunes anglophones séquestrés dans un camp militaire au nord-ouest

0
Partages
Pinterest Google+

Depuis décembre dernier, ces jeunes hommes âgés d’une vingtaine et d’une trentaine d’années sont détenus au camp du Bataillon d’intervention rapide (BIR) de Bafut où ils sont l’objet de cruels sévices corporels. Ci-dessous, le récit de l’ONG camerounaise Mandela Center parvenu à notre rédaction.

A l’attention de la Communauté nationale et internationale :
MANDELA CENTER INTERNATIONAL prend acte par la présente alerte de la remise en liberté du jeune (en image) enlevé et emmené au camp du Bataillon d’Intervention Rapide (B.I.R.) de Bafut, le samedi 30 décembre 2019, après 10 jours de torture, de traitement cruel, inhumain et dégradant, de détention arbitraire, au secret et incommunicado.

Pour mémoire, ce jeune homme, M.G.L., âgé d’une trentaine d’année, originaire de la localité de ACHA TUGI, a été enlevé par les sécessionnistes (Ambazoniens) le jeudi 26 décembre 2019 en fin de matinée. Immédiatement conduit dans leur camp près du marché de TAD, dans le village de NYEN, à 23 km de Bamenda, dans l’arrondissement de MBENGWI, département de la MOMO, Région du Nord-Ouest, le jeune homme a été sérieusement battu par les éléments d’un groupe armé, après l’avoir violement ligoté, le soupçonnant de collaborer avec les forces gouvernementales. Dans la journée du samedi 28 décembre 2019, jour du marché local, les militaires sont intervenus pour récupérer le jeune homme pour le conduire au camp du BIR de Bafut où il a subi toutes sortes d’atrocités. Des actions sont en cours pour que les auteurs de ces graves violations des droits de l’homme soient punis.

Mandela Center International déplore et condamne, avec la toute dernière énergie, la torture que subit en ce moment un autre jeune homme d’une vingtaine d’année, enlevé et enchainé au pied et aux mains.Selon de sources concordantes, le jeune a été surpris, il y a environ deux semaines au lieudit « old town », à Bamenda où il jouait avec son camarade. Il a été conduit, fortement enchainé, au camp du BIR de Bafut alors que son camarade, grièvement blessé au bras par les militaires son camarade, gisait dans une mare de sang. Depuis lors il est gardé au secret, incommunicado et subit la pire forme de la torture.

Mandela Center International rappelle aux autorités camerounaises qu’elles ont l’OBLIGATION ABSOLUE, en pareilles circonstances, d’ouvrir IMMEDIATEMENT une enquête en vue de déterminer les responsabilités des uns et des autres et de punir sévèrement les auteurs conformément à la loi ;

Mandela Center International tiendra le gouvernement camerounais entièrement RESPONSABLE de tout ce qui pourrait arriver à ce jeune homme dans un état critique ;Mandela Center International, de concert avec ses partenaires, entend engager Toutes les actions en vue de la libération de ce jeune, de la réparation du lourd préjudice subit et de la punition des auteurs.

Nous aviserons en temps opportun.

Fait à Yaoundé, le 08 janvier 2O2O

Commentaires

commentaires

Article précédent

Burkina Faso : Terrorisme : Plus de 250 civils tués par les djihadistes depuis avril 2019

Article suivant

Cameroun : Affaire Paul Chouta : Les inquiétudes d’un avocat au barreau de Paris

Aucun Commentaire

Laisser un réponse