Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Droit civil : Yannick Noah s’oppose à l’inhumation de son oncle dans la concession familiale

Cameroun : Droit civil : Yannick Noah s’oppose à l’inhumation de son oncle dans la concession familiale

2
Partages
Pinterest Google+

Pour le célèbre tennisman français d’origine camerounaise, le défunt est issu d’une relation hors-mariage entre son grand-père Noah Bikié Simon et sa belle-mère dame Essengue Jacqueline et n’a par conséquent pas le droit de jouir des biens de son grand-père. En face, les 3 frères du défunt tiennent à l’inhumer aux côté de son père les 9 et 10 août prochains suivant ses dernières volontés parce qu’ils se considèrent comme enfants reconnus par leurs pères disparus quoique naturels.

Les querelles de succession se poursuivent au sein de la grande famille Noah alors que l’affaire est toujours pendante devant la justice camerounaise. Décédé le 16 juillet dernier des suites de maladie, Noah Jean Jacques, l’un des 4 enfants naturels mais reconnus du grand-père du célèbre tennisman franco-camerounais Yannick Noah, Noah Bikié Simon, a souhaité avant son décès être enterré au côté de son père au quartier Tongolo à Yaoundé, dans la concession familiale. Mais Yannick Noah s’y oppose vivement, arguant de ce que son oncle défunt est issu d’une relation hors-mariage.

Les obsèques de Jean Jacques Noah initialement prévu les 2 et 3 août 2019 ont été reportées au 9 et 10 août prochain et ses frères dont Bikié Scholastique, Assie Marie Rose et Tono Achille Marie tiennent à l’inhumer dans la concession familiale. Face à l’opposition de leur neveu de célèbre tennisman, la fratrie a saisi les autorités administratives dont le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji et le préfet du Mfoundi (département dont Yaoundé est le chef-lieu), Jean Claude Tsilla, pour risque de trouble à l’ordre public.

En effet, le tennisman Yannick Noah est le fils de feu Zacharie Noah (décédé en janvier 2018). Ce dernier était membre d’une fratrie de 6 enfants issus d’une relation entre Bikié Noah Simon et Elisabeth Mekongo. A la mort du patriarche Noah Bikié le 11 avril 1984, après avoir été pris pour cible 5 jours plus tôt par des insurgés au sein de l’alors Garde Républicaine lors du putsch manqué contre le président Paul Biya, la guerre de succession va naître entre la fratrie des 4 et celle des 6 enfants du défunt.

Faux acte de mariage

La fratrie du père de Yannick Noah estime qu’elle a droit à la succession parce que composée d’enfants légitimes de Noah Bikié. Elle s’appuie sur un acte de mariage N°35 du 29 mai 1947 établi par le Centre d’état civil d’Emana (un quartier de Yaoundé) ainsi que sur deux décisions de justice rendues le 20 décembre 1995 en instance et le 5 novembre 1997 en appel et qui leur reconnaissent le droit de succéder en qualité d’enfants légitimes de feu Noah Bikié.

La fratrie des 4 enfants (dont l’oncle défunt de Yannick Noah) quant elle, constituée d’enfants naturels, brandit un jugement de reconnaissance d’enfant N°367/69-70 rendu le 26 janvier 1970 par le Tribunal de premier degré de Yaoundé, lequel jugement leur donne droit de prétendre à la succession. Elle estime que l’acte de mariage dont se prévaut les 5 frères et sœurs du père défunt de Yannick Noah est un faux.

Le feu Noah Bikié Simon

Dossier disparu à la Cour d’appel

Le N°35 de l’acte de mariage établi le 29 mai 1947 renvoie plutôt à un autre couple et le Centre d’état civil d’Emana n’existait pas à l’époque comme en attestent les lois Bouvenet du Cameroun qui comportaient la liste des centres d’état civil qui existaient à cette époque de l’ex-Cameroun oriental sous mandat de l’ONU administré par la France.

Les tentatives de démontrer ce faux par les 4 enfants de Noah Bikié devant les juridictions camerounaises se sont soldées par un rejet. Depuis le 17 novembre 2014, l’affaire est pendante devant la Cour d’appel du Centre. Depuis mai 2017, le dossier a disparu à ladite Cour. Pendant ce temps, la fratrie des 4 est privée de succession par leurs 6 demi-frères. La Commission nationale des droits de l’homme et des libertés a été saisie le 1er août 2018 pour ce que les 4 enfants de Noah Bikié considèrent comme une injustice.

Rappelons que les biens laissés par le défunt Noah Bikié à sa mort en avril 1984 se chiffrent à des milliards de FCFA. Parmi ces biens se trouvent des immeubles loués par des supermarchés à Yaoundé.

Michel Biem Tong

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

COMMENTAIRE DE LA REDACTION

Quelle justice !

Point d’être besoin de prendre fait et cause pour les oncles de Yannick Noah, frères de son défunt père ou pour ses demi-oncles. Au-delà de ces querelles de succession au sein de la grande famille Noah dans lesquelles nous ne voulons nous immiscer, il y a lieu de blâmer la justice camerounaise qui, une fois encore, s’illustre dans cette affaire par son partie pris en faveur de Yannick Noah. Sans doute du fait de la célébrité de ce dernier. Car comment comprendre qu’alors que le caractère faux de l’acte de mariage  N°35 du 29 mai 1947 dont se prévalent les 5 frères du feu père de Yannick Noah a été amplement démontré, la justice camerounaise ne l’ait pas purement écarté ? Comment des magistrats camerounais peuvent-ils piétiner allègrement le jugement de reconnaissance d’enfant N°367/69-70 rendu le 26 janvier 1970 par le Tribunal de premier degré de Yaoundé et qui revêt autorité de la chose jugée ? D’où vient-il que depuis novembre 2014, le procureur général près la Cour d’appel du Centre rechigne à rendre ses réquisitions dans cette affaire ? Pourquoi depuis mai 2017, le dossier a disparu à la Cour d’appel du Centre ? Il est évident que des magistrats camerounais ont décidé de déshériter les 4 enfants reconnus de feu Noah Bikié sur la base d’un faux. La collusion entre ces hommes en robe rouge-noire et les 5 oncles de la star mondiale de la musique et du tennis Yannick Noah est plus que manifeste. La nature de ladite collusion ne manquera pas dans les prochains jours de dévoiler tous ses secrets.

M.B.T        

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Guerre d’indépendance en zone anglophone : Voici pourquoi le pouvoir de Yaoundé a kidnappé des proches parents de l’activiste Chris Anu

Article suivant

Conflit en zone anglophone : 70 civils tués par des soldats camerounais en juillet 2019