Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Exécution extrajudiciaire: Des ONG condamnent les images de l’Extrême-Nord, le gouvernement parle de fake news

Cameroun : Exécution extrajudiciaire: Des ONG condamnent les images de l’Extrême-Nord, le gouvernement parle de fake news

4
Partages
Pinterest Google+

Le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale tout comme le Cercle Belgo-africain pour la Promotion Humaine condamnent l’exécution sommaire  de deux femmes et deux enfants, membres présumés de Boko Haram, par des militaires camerounais et en appellent à une enquête. Le gouvernement promet d’y voir plus clair mais parle d’une vidéo montée.

La vidéo de près de 3 minutes (voir ci-dessous) fait le tour des réseaux sociaux et crève le cœur. Elle montre des militaires camerounais en train de torturer puis exécuter sommairement deux femmes, les yeux bandés, présumées membres de la secte islamique Boko Haram. Leurs enfants chacune (l’un de deux ans et l’autre de cinq ans) subissent aussi le même sort.

Ces images suscitent l’indignation de l’opinion nationale et internationale. Des organisations de la société civile ne sont pas restées indifférentes  à cette barbarie. Dans un communiqué parvenu à la rédaction de www.hurinews.com, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), après avoir authentifié la vidéo, parle d’un « crime grave…inacceptable dans un Etat de droit ».  

Dans son communiqué, le Redhac invite le président de la République, Paul Biya à saisir le ministre de la Justice afin que ce dernier ordonne une enquête et procède à l’arrestation de ces éléments des forces de défense camerounaises soupçonnés de crimes graves.

Comme le Redhac, le Cercle Belgo-africain pour la Promotion Humaine (asbl CEBAPH), association internationale de droit belge de défense et de promotion des droits humains, en appellent aussi aux sanctions à l’encontre des auteurs de ces traitements cruels, inhumains et dégradants, dans une lettre ouverte adressée au ministre de la Justice, Laurent Esso.

Comme il fallait s’y attendre, le gouvernement camerounais dément cette information même s’il annonce l’ouverture d’une enquête. Au cours d’un point de presse ce 11 juillet 2018 à Yaoundé, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Issa Tchiroma Bakary parle de « fake news » et  « dénonce avec véhémence cette démarche collusoire des ennemis de la nation ».

www.hurinews.com 

Trouvez la vidéo en question sur ce lien (https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1298948936907265&id=100003765137055)

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Droit à la santé : Une thèse de doctorat sur les vertus de nos épices

Article suivant

Cameroun : Jeunesse : Le gouvernement lance la carte jeune biométrique

Aucun Commentaire

Laisser un réponse