Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Guerre d’indépendance : L’armée accusée de « terroriser » le corps médical dans le Southern Cameroon

Cameroun : Guerre d’indépendance : L’armée accusée de « terroriser » le corps médical dans le Southern Cameroon

1
Partages
Pinterest Google+

Les hôpitaux et leurs personnels sont de plus en plus ciblés lors de la guerre d’indépendance en cours dans le SouthernCameroon. L’armée camerounaise est pointée du doigt par des sources locales. Les portes de la cellule de communication du ministère de la Défense fermées à www.hurinews.com.

Peur sur le corps médical dans le Southern Cameroon. La profession est de plus en plus menacée sur ce territoire en proie à une guerre d’indépendance depuis décembre 2017. Le 12 août dernier, PaddiscoAjong et Nancy Azah, un couple de médecins exerçant à l’hôpital Acha Tugi dans la Momo a été tué au cours d’un échange de tirs entre l’armée camerounaise et les forces indépendantistes anglophones. D’après des témoins,  les malades ont été obligés ce jour-là de quitter cet hôpital après que le personnel médical ait décidé de prendre la clé des champs. Exercer comme infirmier, médecin, laborantin, pharmacien ou chirurgien dans le SouthernCameroon n’est plus chose aisée. Ces derniers se plaignent d’être victimes de menaces.

Nul ne sait très exactement qui des militaires camerounais ou des « Amba Boys » sont responsables de ces violences et assassinats sur les hommes en blouse blanche. Mais d’après le témoignage de l’infirmière Arrey Rose au micro de nos confrères de la DeutscheWelle (la Voix de l’Allemagne) le 15 août dernier,ce sont les militaires qui torturent et tuent les membres du corps médical parce qu’ils apportent des soins aux indépendantistes armés blessés sur le front de guerre qualifiés de « terroristes » par l’armée.

Difficile d’avoir la version de l’armée camerounaise sur cette affaire. Les portes de la cellule de communication sont fermées à www.hurinews.com. Son chef, colonel Didier Badjeck souhaite ne plus parler à la rédaction. Le 1er août dernier, l’hôpital de district de Mbongue (sud du SouthernCameroon) a été réduit en cendres. Les témoins sur place ont accusé les militaires d’avoir brûlé cet établissement hospitalier.

www.hurinews.com

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Libertés d’association et de manifestation : Des ONG appellent à la révision des lois de 1990

Article suivant

Nigéria : Détention arbitraire : Près d’une dizaine de réfugiés du Southern Cameroon arrêtés