Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Guerre d’indépendance : Les évêques condamnent l’assassinat du Père Alexander SOB

Cameroun : Guerre d’indépendance : Les évêques condamnent l’assassinat du Père Alexander SOB

0
Partages
Pinterest Google+

Dans un communiqué rendu public le 7 août dernier, la Conférence épiscopale nationale du Cameroun se prononce sur l’assassinat en juillet dernier du prêtre en service au diocèse de Buea. Mais le communiqué est muet sur les auteurs  de l’assassinat. Les évêques invitent  les autorités camerounaises à ouvrir une enquête sur les circonstances de la mort de l’Abbé Alexander Sob.

3 semaines après l’assassinat du père Alexander Sob à Muyuka, prêtre à la paroisse sacré cœur de Bomaka à Buea (Southern Cameroon) et ancien secrétaire à l’éducation au sein de la dite paroisse, les évêques montent au créneau et dénoncent. Dans un communiqué rendu public le 7 août dernier à l’issue d’un conclave à Yaoundé, la Conférence épiscopale nationale a condamné l’assassinat de l’homme de Dieu le 20 juillet dernier au cours d’un échange de tirs entre l’armée camerounaise et les forces indépendantistes anglophones.

Dans le communiqué, les auteurs de cet assassinat ne sont pas désignés mais les évêques soulignent que l’abbé Alexander Sob intervient plus d’un an après l’assassinat de l’évêque de Bafia. La conférence épiscopale invite les autorités à ouvrir une enquête sur les circonstances et les auteurs de cet acte « malheureux » et « lâche » d’après les évêques. Les évêques appellent les belligérants à cesser immédiatement les affrontements et à une médiation.

D’après le voice message d’un témoin dont www.hurinews.com a eu copie, l’abbé Sob a été abattu par des militaires au marché principal de Muyuka alors qu’il se trouvait dans sa voiture. Aucune déclaration y relative n’a encore été faite par le gouvernement encore moins par le ministère de la Défense.

www.hurinews.com

Commentaires

commentaires

Article précédent

Southern Cameroon : Guerre d’indépendance : Près de 80 civils non armés massacrés par des militaires en 3 mois

Article suivant

Cameroun : Peuples autochtones : 33 filles bororos bénéficiaires de bourses et fournitures scolaires

Aucun Commentaire

Laisser un réponse