Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Injustice : Accusé d’avoir tué un maire, Fabrice s’échappe de la police

Cameroun : Injustice : Accusé d’avoir tué un maire, Fabrice s’échappe de la police

0
Partages
Pinterest Google+

Le jeune couturier est accusé d’avoir empoisonné Paul Martin Lolo, le maire de Yaoundé 6e décédé le 10 janvier dernier en France. René Fabrice qui clame son innocence s’est évadé de la cellule d’un commissariat.

Où est passé René Fabrice Doumtsop ? Placé en garde-à-vue au commissariat du quartier Mendong à Yaoundé le 10 janvier 2017, le jeune couturier de 25 ans a réussi à s’échapper de ses geôliers 4 jours plus tard, confirme à hurinews.com un officier de policier en service dans ce commissariat. D’après un témoin, son domicile a été bouclé le lendemain de son évasion par les éléments du Groupement spécial d’opération. René Fabrice quant à lui est introuvable dans la ville de Yaoundé.

D’après une source proche du commissariat de Mendong, René Fabrice Doumtsop est accusé d’avoir assassiné le maire de Yaoundé 6e, Paul Martin Lolo, décédé dans la nuit du 9 au 10 janvier dernier  dans un hôpital en France. Le jeune homme est ainsi suspecté par la police pour avoir eu l’habitude de prendre un pot avec le défunt : « le dernier repas arrosé qu’ils ont pris ensemble c’était vers fin novembre 2016. Arrivé chez lui, le maire Lolo est tombé et la maladie a commencé », renseigne une autre source policière.

Au domicile du maire défunt au quartier Etoug Ebe, la famille a du mal à croire à sa disparition et dit en ignorer les réelles causes. De quoi susciter la curiosité de la police qui croit à un assassinat. www.hurinews.com a réussi à contacter le jeune suspect qui nie les faits, clame son innocence et dit craindre d’être jeté en prison pour rien. Paul Martin Lolo a remplacé à la tête de la Mairie de Yaoundé 6e, Jean Claude Adjessa Melingui, décédé en septembre 2013 dans des circonstances mystérieuses.

hurinews.com

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Justice politisée : Pierre Désiré Engo, éternel otage du Tribunal criminel spécial ?

Article suivant

Cameroun : Participation politique des femmes : Une nouvelle cuvée de volontaires formée