Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Justice : 36 partisans de l’opposant Maurice Kamto risquent la prison à vie

Cameroun : Justice : 36 partisans de l’opposant Maurice Kamto risquent la prison à vie

0
Partages
Pinterest Google+

Interpellés le 22 septembre dernier lors d’une marche pacifique contre Paul Biya, ces supporters de Maurice Kamto ont été placés en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé par un juge d’instruction près le Tribunal militaire de la même ville. Accusés entre autres de révolution, ils risquent l’emprisonnement à vie.

D’après le communiqué du collectif d’avocats Me Sylvain Souop, dont hurinews.com a pu avoir copie, 36 personnes interpellées le 22 septembre dernier à Yaoundé dans le cadre de la marche pacifique ont été placées en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé le 30 octobre dernier après 39 jours de garde-à-vue au commissariat central N°1 de Yaoundé. Selon le communiqué, 2 autres ont été libérées et une inculpée libre pour défaut de carte nationale d’identité. Les 39 militants de l’opposition répondaient à l’appel à manifester pacifiquement lancé par le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto, dans le but de contester l’organisation par le président camerounais Paul Biya des élections régionales sans la résolution du conflit en zone anglophone.

D’après l’ordonnance de placement en détention provisoire du juge d’instruction près le Tribunal militaire de Yaoundé, Bias Albert Jöel, les 36 militants détenus à la prison de Kondengui sont accusés de révolution, rébellion et attroupement. Le chef de révolution leur fait encourir l’emprisonnement à vie selon l’article 114 du Code pénal camerounais. Cette disposition est pourtant claire et parle de « …celui qui tente par la violence, soit de modifier les lois constitutionnelles, soit de renverser les autorités publiques instituées par lesdites loi… ». Or ces manifestants pacifiques du 22 septembre dernier ne portait ni arme ni un quelconque objet vecteur de violence.

D’après le collectif des avocats Me Souop, 10 autres militants du MRC sont encore en garde-à-vue au secrétariat d’Etat à la défense (SED) chargé de la gendarmerie nationale à Yaoundé dont le porte-parole de Maurice Kamto, Bibuni Sack et le trésorier du parti, Alain Fogue.

Michel Biem Tong

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Drame de Kumba : Ces dignitaires du régime Biya qui risquent la Cour pénale internationale

Article suivant

Cameroun : Massacres d’élèves à Kumba : Human Right Watch met le régime Biya face à ses responsabilités