Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Justice : 7 mois et toujours pas de procès pour Amadou Vamoulké

Cameroun : Justice : 7 mois et toujours pas de procès pour Amadou Vamoulké

4
Partages
Pinterest Google+

L’ancien directeur général de la Cameroon radio and télévision et journaliste comparait ce mercredi 11 avril devant le Tribunal criminel spécial pour la 8e fois. Amadou Vamoulké avait saisi la Cour suprême pour récuser les juges du Tribunal criminel spécial qu’il reproche de partialité. Mais la Cour tarde à trancher. L’ouverture des débats reste toujours attendu. Le Comité international de libération d’Amadou Vamoulké s’inquiète et exige sa libération.

L’ancien directeur général de la Cameroon radio and television (Crtv), Amadou Vamoulké, sera à nouveau au Tribunal criminel spécial ce mercredi 11 avril . Pour une 9e audience. L’ouverture des débats restent attendus. Le 20 novembre dernier, les avocats de l’ancien patron de la Crtv ont protesté contre le changement du collège des juges et ont saisi la Cour suprême pour récuser la nouvelle collégialité. Jusqu’à ce jour, la décision de la Cour suprême reste attendu.

Dans un communiqué signé ce lundi 9 avril (voir ci-dessous), le Comité de libération et de réhabilitation d’Amadou Vamoulké auquel s’est jointe l’Alliance Internationale pour la Défense des Droits et des Libertés (AIDL) estiment qu’il n’y a pas de charges crédibles contre  M.Vamoulké. Ce dernier et ses co-accusés que sont l’ancien directeur des Impôts et prisonnier politique Polycarpe Abah Abah et Antoinette Essomba, directrice de la CRTV Cameroun Marketing and Communication Agency (Cmca) sont poursuivis pour détournement de 3 953 194 470 F CFA.

Amadou Vamoulké

Mais depuis fin février dernier, Amadou Vamoulké et une dizaine de ses proches collaborateurs ont été inculpés pour le détournement de 25 milliards de F CFA : « Les révélations du journal KALARA (édition du 5 mars) suffisent à établir le caractère totalement infondé, voir souvent fantaisiste, des pseudos révélations du rapport d’audit à charge », fait remarquer dans le communiqué le groupe de soutien à Amadou Vamoulké.

Dans le communiqué, le Comité de libération d’Amadou Vamoulké énonce les raisons pour lesquelles l’ancien directeur général de la Crtv, détenu depuis le 29 juillet 2016 à la prison centrale de Yaoundé, doit être libéré : « La gestion de la CRTV par M. Vamoulké a fait l’objet d’une quinzaine de missions d’investigation du Contrôle Supérieur de l’Etat (CONSUPE) qui n’ont relevé aucune malversation ou erreur de gestion ; M. Vamoulké est emprisonné illégalement car il bénéficie du statut d’inculpé libre ;Faute de charge crédible, le procès de M. Vamoulké a été reporté à huit reprises consécutives !!! »

hurinews.com

………………………………………………………………………………………..

Communiqué de presse N° 8 du lundi 9 avril 2018

 

Le Comité International pour la Réhabilitation de M. Vamoulké (CIRV) et l’Alliance Internationale pour la Défense des Droits et des Libertés (AIDL) dénoncent le procès intenté au Cameroun à l’encontre de M. Amadou Vamoulké, Journaliste et ancien Directeur général de la Cameroon Radio Television (CRTV), qui doit comparaître devant le Tribunal Criminel Spécial (TCS) de Yaoundé ce mercredi 11 avril 2018.

Faute de charges crédibles, le procès de M. Vamoulké a été renvoyé le 6 mars ‐ pour une huitième foisconsécutive – au mercredi 11 avril.

Dernier coup de théâtre : l’actuel Directeur général de la CRTV, M. Charles Dongo, a commandité un audit sur la gestion de son prédécesseur. Après avoir échoué à trouver des charges crédibles, les officiers de police judiciaire du TCS ont enquêté sur la base des seules accusations contenues dans le rapport de cet audit. M. Vamoulké et une dizaine de ses anciens collaborateurs ont été convoqués pour une simple confrontation avant d’être  orientés ‐ le  jour  même  et  dans  la  précipitation ‐ vers  le  juge  d’instruction,  M.  BETEA,  qui  les  a immédiatement inculpés pour diverses coactions dans le détournement supposé de 25 milliards FCFA.

Les révélations du journal KALARA (édition du 5 mars) suffisent à établir le caractère totalement infondé, voir souvent fantaisiste, des pseudos révélations du rapport d’audit à charge. On y apprend aussi que l’auteur de ce rapport d’audit avait été mandaté sans mise en concurrence, qu’il a fondé et dirigé deux sociétés placées en liquidation judiciaire en France, qu’il n’avait que trois années d’expérience et que son C‐V fait apparaître de nombreux contrats offerts par la CRTV seulement quatre jours après la remise de son rapport (ces contrats se poursuivent encore aujourd’hui).

Il convient de rappeler que :

  La gestion de la CRTV par M. Vamoulké a fait l’objet d’une quinzaine de missions d’investigation du

Contrôle Supérieur de l’Etat (CONSUPE) qui n’ont relevé aucune malversation ou erreur de gestion.

  M. Vamoulké est emprisonné illégalement car il bénéficie du statut d’inculpé libre.

  Faute de charge crédible, le procès de M. Vamoulké a été reporté à huit reprises consécutives !!!

Après  plus  de  vingt  mois  d’emprisonnement,  cette  personnalité  camerounaise  bénéficie  d’une  vaste campagne  internationale  de  soutien  qui  associe  plus  de  500  personnes  dont  de  nombreux  dirigeants internationaux  de  l’audiovisuel  public  au  premier  rang  desquels  figure  M.  Hervé  Bourges  ainsi  que  les dirigeants  actuels  ou  anciens  de  TV5  Monde,  Radio  Canada,  Radio  France,  URTI,  RFP  et  d’autres organismes audiovisuels  publics  africains  (Nigéria,  Bénin,  Burundi,  Tunisie,  Tchad,  …).  De  nombreuses personnalités de la société  civile  camerounaise  (ambassadeur,  magistrat,  juriste,  banquier,  entrepreneur, ingénieur, comédien, journaliste, …) ont apporté leur soutien publiquement.

Une majorité de camerounais est convaincue que le Cameroun ne peut se permettre de neutraliser ceux et celles de ses fils et de ses filles qui montrent le chemin vers un avenir où les « bonnes pratiques » feront oublier les pratiques actuelles encore trop souvent basées sur les intérêts personnels et égoïstes.Les journalistes et les organisations concernées sont invités à participer mercredi 11 avril à l’audience du TCS (Yaoundé), pour dénoncer une mascarade de justice politique dont M. Vamoulké représente un symbole.

H I E R   P R I S O N N I E R   I N N O C E N T , A U J O U R D ’ H U I   P R I S   E N   O T A G E

CAMEROUN :  Bien  que  bénéficiant  du  statut  d’inculpé  libre,  M.  Amadou  Vamoulké est  emprisonné illégalement depuis plus de 20 mois à Yaoundé, ce qui représente un cas unique dans les annales de la justice camerounaise. Faute de charges crédibles, l’audience du 3 mars a duré une dizaine de minutes et a  renvoyé le procès pour la huitième fois consécutive ! La prochaine audience est programmée le mercredi 11 avril 2018.

 

Qui est M. Amadou Vamoulké ?

Journaliste et ancien DG de la Cameroon Radio and Television (CRTV).

Un homme  dont la réputation d’intégrité et d’honnêteté est établie au Cameroun.

Une personnalité reconnue à l’international comme un dirigeant modèle et… audacieux.

 

Quelles sont les preuves de cette réputation honorable de M. Amadou Vamoulké ?

Il a jugé son salaire “indécent” et l’a baissé dès son entrée en fonction de 60%.

Il a divisé par quatre le coût de son logement de fonction.

Il a reversé systématiquement ses surplus de frais de mission.

Il a créé  une  structure  des  procédures  de  marchés  pour annuler les attributions “douteuses”.

Il a mis en place pour la première fois des appels à candidatures transparents à la CRTV.

 

Pour quelles raisons estil “officiellement” poursuivi par un Tribunal Criminel “Spécial” ?

Officiellement pour détournement de fond au seul profit de la radio télévision publique camerounaise.

 

Ces charges sontelles fondées ?

Toutes les charges ont été démontées, l’une après l’autre, pendant la procédure d’instruction. M. Amadou Vamoulké  est‐il accusé de détournement à des fins privées ? Aucune charge d’enrichissement personnel n’a jamais été retenue contre lui.

 

Pourquoi M. Amadou Vamoulké  estil emprisonné illégalement ?

Son incarcération a été justifiée de manière fallacieuse par une absence de résidence connue.

Il est propriétaire d’une maison (achetée 8 millions FCFA, soit environ 12.000 euros).

Il est soumis à un statut de “prisonnier signalé” par les autorités, ce qui le prive notamment de sorties.

 

Quels sont les soutiens de M. Amadou Vamoulké  ?

La société civile camerounaise s’est largement mobilisée en sa faveur.

De nombreux dirigeants internationaux de l’audiovisuel public ont exprimé leur soutien.

Une trentaine d’articles de presse ont dénoncé son inculpation et son incarcération injustifiées.

 

Comment M. Amadou Vamoulké  peutil espérer être réhabilité et libéré ?

Les raisons de son incarcération sont à chercher ailleurs que sur le terrain judiciaire…

La solution viendra de la mobilisation de plus en plus forte des soutiens au Cameroun et à l’international.

 

Comment soutenir M. Amadou Vamoulké ?

Informez‐vous et déposez vos témoignages sur facebook.com/vamoulke

Signez la pétition sur change.org/p/vamoulke

Apportez un soutien financier (modalités sur demandes adressées à vamoulke@vatim.com)

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Justice : Vers un procès en sorcellerie contre Jean William Sollo

Article suivant

Cameroun : Violences sur le genre : Une victime de la banque BICEC témoigne

Aucun Commentaire

Laisser un réponse