Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Justice : Le tortionnaire du jeune Ibrahim Bello toujours attendu à la barre

Cameroun : Justice : Le tortionnaire du jeune Ibrahim Bello toujours attendu à la barre

3
Partages
Pinterest Google+

Alors qu’il est attendu au Tribunal de grande instance de Bafia pour répondre des faits de torture, l’officier de police Bikoue Ndzie, chef de l’unité de police d’Ombessa au moment des faits, a été affecté à Yaoundé et bénéficie du soutien des réseaux occultes au sommet de l’Etat. L’ONG Mandela Center s’en inquiète dans un communiqué ci-dessous parvenu à notre rédaction :

MANDELA CENTER INTERNATIONAL informe l’opinion nationale et internationale ainsi que ses multiples partenaires que la 11e audience de l’affaire Ibrahim Bello contre les policiers d’Ombessa a eu lieu ce mercredi 04 décembre 2019, statuant en matière criminelle au Tribunal de Grande Instance du Mbam et Inoubou, à Bafia.

L’affaire a été renvoyée au 05 février 2020 pour une triple raisons : 1. La composition régulière de la collégialité du tribunal ; 2. Vider le délibéré sur la demande (de trop) de mise en liberté de l’un des tortionnaires, l’Inspecteur de Police de Premier grade (IP1), SACK Joseph Désiré, alias «Sackis » ;3. Les dépositions des nombreux témoins de l’accusation, ainsi que la comparution de l’Officier de Police de premier grade (OP1) BIKOUO NZIE Joël Cyrille, ancien responsable de l’unité de la sécurité publique d’Ombessa, toujours en liberté parce que soutenu par des réseaux occultes au sommet de l’Etat et toujours absent depuis l’audience du 06 mars 2019.

Il convient de préciser que la collégialité présidée par le Président du Tribunal, Jules Raymond BILLONG, avait décidé de rejeter la 4e demande de mise en liberté provisoire du principal détenu au cours de l’audience du 03 juillet 2019 suite à la réquisition violente et ferme du Ministère public (procureur) au motif que les faits sont graves et nécessitent sa détention pour la manifestation de la vérité.

Le COLLEGE des avocats mobilisés par Mandela Center international, sous la houlette de Maître KADJE Victor a exigé et continue d’exiger l’exécution immédiate du mandat d’arrêt décerné par le juge d’instruction, le magistrat Ernest AYISSI avant la clôture de son information judiciaire par le renvoi devant le TGI du Mbam Inoubou des deux tortionnaires en date du 17 septembre 2018.

Mandela Center International déplore et condamne avec la dernière énergie l’attitude irresponsable du président de la collégialité d’épier la prestation des avocats de la défense sur les réseaux sociaux pour en faire sa préoccupation lors des audiences, en tentant ainsi de créer la diversion autour de cette affaire. Mandela Center International veillera a ce que le procès soit équitable et garanti à la fois, par des textes conventionnels (la DUDH (art 10), le Pacte international relatif aux droits civils (PIDCP) (art 14)) et par un ensemble de principes directeurs édictés sous l’égide de l’ONU (Principes fondamentaux relatifs à l’indépendance de la magistrature de 1985, Principes de base relatifs au rôle du barreau de 1990….).

La principale victime, Ibrahim Bello amputé des deux jambes et paralysé à la main gauche, conduit à Bafia par le Centre national de réhabilitation des personnes handicapés Cardinal Paul Emile LEGER, continue d’exiger que justice soit faite.Mandela Center International, Mandataire Officiel de IBRAHIM BELLO et ses centaines de partenaires nationaux et internationaux, informent l’opinion que la poursuite des audiences au TGI de Bafia est TRIBUTAIRE à la mise aux arrêts de l’Officier de Police de 1er grade BIKOUO NDZIE Joël Cyrille affecté à Yaoundé pour le soustraire de la justice, suivi de son incarcération effective à la prison principale de Bafia. Mandela Center International en prend le ferme engagement et quel que soit le prix à payer !!!!!!!!!!

Le Secrétaire Exécutif Permanent

Cliquez ici pour comprendre l’affaire Ibrahim Bello  

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Gambie : Dictature : L’ex-président Yaya Jammeh mis face à ses crimes crapuleux

Article suivant

Cameroun : Séquestration du journaliste Paul Chouta : Un collectif d’ONG écrit au ministre de la Justice