Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Justice : L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains au secours de Jean Marc Bikoko et Cie

Cameroun : Justice : L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains au secours de Jean Marc Bikoko et Cie

3
Partages
Pinterest Google+

Dans un communiqué rendu public ce mardi 27 mars sur le site de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme, partenaire de la FIDH et de l’Organisation mondiale contre la torture, dénonce le harcèlement judiciaire contre des membres de la plate-forme de la société civile Dynamique Citoyenne et le journaliste François Fogno Fotso. L’intégralité du communiqué ci-dessous :   

Le siège de Dynamique citoyenne à Yaoundé

L’Observatoire a été informé par des sources fiables de la poursuite du harcèlement judiciaire des six membres de Dynamique Citoyenne, un réseau d’organisations de la société civile camerounaise, à savoir M. Jean Marc Bikoko, point focal national, Mme Bénédicte Jessie Bikoko, animatrice nationale, Mme Agnès Adélaïde Metougou, chargée de l’administration et de la communication, M. Yves Léonardo Ndjalla Epangue, agent de liaison, M. Sévérin Le Juste Bikoko, étudiant et M. François Fogno Fotso, journaliste et directeur de publication de Génération Libre.

Selon les informations reçues, le 28 février 2018, M. Jean Marc Bikoko, Mme Agnès Adélaïde Metougou, M. Yves Léonardo Ndjalla Epangue, Mme Bénédicte Jessie Bikoko, M. Sévérin Le Juste Bikoko et M. François Fogno Fotso attendaient de comparaître comme prévu devant le Tribunal de première instance du Centre administratif de Yaoundé pour « manifestation illégale et rébellion simple ». Toutefois, l’audience n’a pas eu lieu, l’affaire les concernant n’ayant pas été inscrite au rôle de ce jour. Au moment de la publication de cet appel urgent, aucune nouvelle date d’audience n’a été communiquée.

Il s’agit là de la 18ème audience depuis l’ouverture en 2015 du procès des six défenseurs arrêtés dans le cadre d’une rencontre pacifique organisée le 15 Septembre 2015 à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la démocratie sur le thème de « la gouvernance électorale et l’alternance démocratique » (voir rappel des faits). Ils encourent jusqu’à cinq ans de prison .

Le point focal national de Dynamique citoyenne, Jean Marc Bikoko, au milieu, au cours d’une conférence de presse à Yaoundé

L’Observatoire déplore le harcèlement judiciaire des six défenseurs des droits humains qui dure depuis 2015 et ne vise qu’à sanctionner leurs activités de défense des droits humains.

L’Observatoire appelle ainsi les autorités du Cameroun à cesser immédiatement toute forme de harcèlement, y compris au niveau judiciaire, à l’encontre de M. Jean Marc Bikoko, Mme Agnès Adélaïde Metougou, M. Yves Léonardo Ndjalla Epangue, Mme Bénédicte Jessie Bikoko, M. Sévérin Le Juste Bikoko et M. François Fogno Fotso.

L’Observatoire appelle en outre les autorités camerounaises à garantir en toute circonstance le droit à un procès équitable des six défenseurs des droits humains, y compris celui d’être jugés dans un délai raisonnable.

Lire la suite sur ce lien https://www.fidh.org/fr/themes/defenseurs-des-droits-humains/cameroun-harcelement-judiciaire-de-six-membres-de-dynamique-citoyenne

hurinews.com

Source : www.fidh.org

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Privé de leur chef : Le peuple tikar adresse une pétition à Paul Biya

Article suivant

Cameroun : Scandale : Un directeur général de société accusé d’abus sexuel sur mineure