Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Marche du 22 septembre : 589 cas d’arrestation signalés

Cameroun : Marche du 22 septembre : 589 cas d’arrestation signalés

0
Partages
Pinterest Google+

C’est le bilan établi par le cabinet d’avocat international Amsterdam and Partners après la marche pacifique du 22 septembre à laquelle a appelé le principal opposant Maurice Kamto. La firme américaine parle également des cas de tortures, de blessés à l’arme blanche.

La réponse du gouvernement aux marches pacifiques du 22 septembre dernier a été lourde de conséquences. Du moins à en croire Robert Amsterdam, le promoteur du cabinet d’avocats international Amsterdam and Partners. D’après la firme américaine réquisitionnée par l’opposant Maurice Kamto pour assister les protestataires victimes de répression, 589 manifestants ont été arrêtés au cours des manifestations du 22 septembre et même quelques jours avant sur tout le territoire camerounais. Des cas de blessés et de tortures ont également été signalés.

Selon les pointages d’Amsterdam and Partners, dans la ville de Yaoundé, 53 cas d’arrestation ont été recensés, dont 22 avant la marche du 22 septembre et 31 le jour de la marche. Selon la firme américaine d’avocats, 80 personnes arrêtées n’ont pas pu être identifiées. Le cabinet indique également qu’un cas de blessé a été enregistré a

Assomo Ondoua Thérèse dit “Mama Pilon”,après avoir été arrêtée et torturée ce 22 septembre à Mfou pour avoir manifester contre Biya

u cours d’une opération de police autour de la résidence de l’opposant Maurice Kamto, à Yaoundé. Opération de police au cours de laquelle les 80 personnes ont été enlevées la veille de la marche. Au total, dans la région du Centre dont Yaoundé est la capitale, 141 cas d’arrestation ont été recensés par Amsterdam and Partners.

« Maman Pilon »

Dans la ville de Mfou (30 km de Yaoundé), d’après les chiffres de Robert Amsterdam, 8 personnes ont également été interpellées par la police. Selon hurinews.com, parmi elles figurent Assomo Ondoua Thérèse, âgée de 66 ans et connue sous le pseudonyme « Maman Pilon ». Votre journal en ligne a visionné une vidéo de ces 8 personnes interpellées assises à même le sol dans une brigade de gendarmerie et contraintes par des policiers et gendarmes de chanter pour Paul Biya.

Dans la région du Littoral dont le chef –lieu est Douala, 383 cas d’arrestation ont été signalés par la firme d’avocats. Soit 83 personnes identifiées, près de 300 en cours d’identification. 4 cas de de blessés graves ont été répertoriés à la Délégation Régionale de la Police Judiciaire pour le Littoral où des cas de tortures ont également été enregistrés. La région de l’Ouest a enregistré 64 cas d’interpellation contre un seul pour la région de l’Est.

Rappelons que le but de la marche pacifique du 22 septembre à laquelle a appelé Maurice Kamto, le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), était de protester contre la tenue des élections régionales le 6 décembre prochain sans une solution à la crise dans les régions anglophones ainsi que le toilettage du code électoral.

Michel Biem Tong

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Marche du 22 septembre : Un cabinet d’avocat international menace Paul Biya de sanctions en cas de répression

Article suivant

Cameroun : Marche du 22 septembre : Le REDHAC au secours des manifestants détenus