Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Massacres de Menka : Un chef traditionnel livre le ministre Paul Atanga Nji

Cameroun : Massacres de Menka : Un chef traditionnel livre le ministre Paul Atanga Nji

1
Partages
Pinterest Google+

D’après une publication attribuée au chef traditionnel de Menka dans le Southern Cameroon (Cameroun anglophone) et qui circule en ce moment sur les réseaux sociaux, la vingtaine de jeunes massacrée par l’armée appartenait à un gang de malfrats qui semait la terreur dans ce village. Mais son récit ne va pas sans sonner comme un aveu de sa responsabilité dans ces massacres pour avoir laissé sévir ces malfaiteurs des jours durant sans avertir ni les responsables de la police ou de la gendarmerie, ni le sous-préfet de la localité dont dépend le village Menka. Bien plus, dans son démenti, il révèle que l’hôtel dans lequel ces jeunes ont été tué appartenait à un de ses fils. Le silence (complice ?) des responsables de la sécurité, du sous-préfet face aux méfaits de ces jeunes malfrats emporte la responsabilité de Paul Atanga Nji, ministre de l’Intérieur et élite de la région.

Fon Asobo Pius Ngu

Pour une pièce à conviction bonne à croquer pour la Cour pénale internationale, c’en est une. En relatant « la vraie histoire » (voir au bas de l’article) des évènements de Menka (si ce texte est vraiment de lui) survenus le vendredi 25 mai dernier, Fon Asobo Pius Nguh, chef traditionnel de Menka, a cru bien faire de minimiser le massacre de près d’une trentaine de jeunes gens par l’armée survenu dans son village. Pourtant, son récit achève de révéler sa responsabilité dans ce drame ainsi que celle des autorités locales et par ricochet celle de Paul Atanga Nji,  ministre de l’Administration territoriale et secrétaire du Conseil national de la sécurité (en charge du renseignement) qui, comme par hasard, est élite de cette région.

S’agissant de la responsabilité du Fon Asobo, comment comprendre-du moins à en croire son récit- qu’un « groupe de bandits lourdement armé » (et non les rebelles indépendantistes) ait autant menacé, kidnappé, rançonné les populations, enlevé, et ce, des jours durant (des semaines durant de sources locales) sans que ce chef traditionnel, auxiliaire de l’administration, ne saisisse ni la police, ni la gendarmerie encore moins le sous-préfet de Santa (dont dépend Menka) ? Pourquoi curieusement c’est au moment où ces « voyous » prennent refuge dans un hôtel appartenant à son fils que d’après lui,  la population a alerté l’armée ? Où étaient cette population et cette armée pendant tout ce temps où cette horde de jeunes délinquants semait la terreur à Menka ?  Aux dernières nouvelles, ce monarque local aurait quitté discrètement le village après ce drame pour se réfugier à Yaoundé.

Le chef traditionnel parle d’un échange de tirs entre les jeunes gens dans l’hôtel et l’armée, lequel a occasionné près de 30 morts. Curieusement, d’après des habitants de ce village, il n y a pas d’impact de balles au Star Hotel. Si tel est le cas, dans quelles circonstances ces jeunes filles et garçons ont été tués ? Comble de cynisme, Fon Asobo Peter Nguh remercie l’armée pour son intervention « qui a apporté un peu de sommeil aux yeux de mon peuple ». Pourtant, des images de ce drame qui ont circulé sur les réseaux sociaux montrent plutôt une population de Menka dans le désarroi et en larmes pour avoir perdu un proche.

Bulletins de renseignement quotidien

En plus du Fon de Menka, la responsabilité du ministre de l’Administration territoriale et non moins secrétaire du Conseil national de sécurité, Paul Atanga Nji est engagée ici. Surtout qu’il fait partie de l’élite de l’arrondissement de Santa. Après sa nomination au poste de ministre le 2 mars dernier, Paul Atanga Nji avait instruit toutes les autorités administratives (gouverneurs, préfets, sous-préfets, chefs de district)  de lui transmettre des bulletins de renseignement quotidien sur la situation sécuritaire de leur zone de compétence.

Paul Atanga Nji

Veut-on nous faire croire que le sous-préfet de Santa n’a pas fait parvenir à son supérieur hiérarchique ses deux bulletins de renseignement quotidien comme demandé ? Si cela n’a pas été fait et si le ministre ne les a pas exigé au sous-préfet, cela voudrait dire qu’ils sont responsables tous les deux. Dans l’hypothèse où Paul Atanga Nji a été mis au parfum des exactions de ces jeunes voyous dans l’arrondissement de Santa, pourquoi n’a-t-il pas réagi ? D’après des sources locales, Paul Atanga Nji et d’autres élites de Santa ont monté et financé un groupe d’autodéfense (SantaQuifors) qui devait kidnapper des villageois en se passant pour les mouvements rebelles indépendantistes dans le but de discréditer ceux-ci. Mais, toujours d’après ces sources, n’ayant pas rempli cette mission, leurs sponsors auraient décidé de les liquider.

Est-ce ce qui justifie le silence des autorités locales autour des actes de banditisme répétés et réguliers de ces jeunes comme il  transparait dans le témoignage de Fon Asobo Pius Nguh ? Difficile pour l’instant d’explorer cette hypothèse. Toujours est-il que Paul Atanga Nji, ce chef traditionnel, le sous-préfet de Santa, le commissaire de sécurité publique et le commandant de brigade de gendarmerie de cette même localité doivent des explications aux familles des disparus et aux camerounais relatives à ce carnage.

Michel Biem Tong

 

………………………………………………………………………………………..

MASSACRES RÉCENTS DANS LE VILLAGE MENKA, SANTA SUB DIVISION: LA VRAIE HISTOIRE

I HRH Fon Asobo Pius Nguh du village de Menka dans la subdivision Santa, au nom de mes ancêtres et Dieu tout-puissant souhaite dire toute la vérité sur l’incident qui s’est produit dans mon village le matin du 25 mai 2018.

Immédiatement après les célébrations du 20 mai 2018 à Santa, un groupe de bandits lourdement armés a pris d’assaut le village de Menka en semant la terreur parmi la population. J’étais l’une de leurs cibles alors qu’ils m’arrêtaient sous la menace d’armes à feu dans ma ferme, m’ont conduit à mon palais et ont ramassé plusieurs objets de valeur. La population désespérée a reçu l’ordre de faire don de diverses sommes d’argent qui leur ont été remises à leur départ.

Auparavant, ce groupe avait kidnappé le chef du village de Matazem qui avait été torturé et libéré moyennant le paiement d’une rançon. Le même groupe a kidnappé deux filles d’un responsable du RDPC dans mon village, a frappé ces enfants et les a libérés sous le paiement d’une rançon. Un autre cas d’enlèvement a été celui des frères Apara dont la mère et le frère cadet ont été emmenés dans les buissons et n’ont été relâchés que sur ransom. Ce groupe est ensuite allé dans le village et a attaqué les villageois en collectant de l’argent, des objets de valeur, un cochon et une vache qu’ils ont égorgés pour leur nourriture et en ont vendu le reste.

Quand ils se sont installés dans un hôtel appartenant à Asana Cletus, l’un de mes fils, la population a décidé d’alerter les forces de l’ordre qui ont réagi rapidement en lançant une attaque contre le bâtiment. La fusillade qui a suivi entre l’armée et les bandits s’est poursuivie pendant plus de deux heures et a fait près de 30 morts. Au nom de tous les habitants de Menka et de l’ensemble de la subdivision de Santa, je tiens à remercier les forces de l’ordre pour cette intervention opportune qui a apporté peu de sommeil aux yeux de mon peuple.

C’est la vie

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Massacre de Menka : Les populations du village accusent le ministre Paul Atanga Nji

Article suivant

Crise dans le Southern Cameroon : Georges Soros préoccupé par la situation des indépendantistes anglophones kidnappés au Nigéria

1 Commenatire

  1. […] mai 2018 Louis MBANGA autocollantes/Dernières […]