Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Massacres de Ngarbuh : 30 ONGs camerounaises froissent le rapport de la présidence

Cameroun : Massacres de Ngarbuh : 30 ONGs camerounaises froissent le rapport de la présidence

0
Partages
Pinterest Google+

Ces organisations qui ont établi un rapport le 18 février dernier sur l’incident de Ngarbuh maintiennent qu’il n’y a jamais eu d’échanges de tir entre forces de défense camerounaises et indépendantistes anglophones armés, comme l’a soutenu le rapport d’enquête de la présidence du Cameroun, rendu public le 21 avril dernier. La trentaine d’ONG indique que 35 personnes ont été tuées à Ngarbuh suite à une attaque ciblée de soldats camerounais appuyés par des membres d’une milice locale.

Pour la coalition de 30 organisations non-gouvernementales camerounaises, le rapport de la présidence du Cameroun sur le massacre de civils à Ngarbuh le 14 février dernier est tout simplement mensonger. Dans un communiqué parvenu à la rédaction de hurinews.com, la Coalition des organisations de la société civile pour les droits de l’homme et la paix dans les régions anglophones et dans d’autres régions affectées soutient mordicus que des soldats camerounais et quelques membres d’une milice locale ont massacrés 35 civils à Ngarbuh dont 9 membres d’une famille. On est donc loin des 13 morts avancés par le rapport de l’enquête ordonnée par Paul Biya.

La Coalition botte également en touche la version du rapport présidentiel selon laquelle des pertes en vie humaine ont été causées par des échanges de tirs entre soldats camerounais et indépendantistes anglophones armés. Pour ces ONGs, les 35 civils tués dont des femmes et des enfants sont des victimes d’attaques ciblées. La Coalition dit attendre de connaître le sort réservé aux personnes arrêtées arbitrairement et torturées parce que soupçonnées d’avoir collaboré avec les ONGs dans le cadre de ce massacre. Ces ONG disent être convaincues que de très hauts responsables du ministère de la Défense sont impliqués dans cette tuerie et que ce rapport d’enquête de la présidence visait à masquer leur responsabilité.

Rappelons que l’enquête prescrite par le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya,a été réalisée par des officiers et sous-officiers de l’armée camerounaise.

hurinews.com

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Liberté d’expression : L’appel à manifester de l’activiste Sébastien Ebala n’a rien de criminel

Article suivant

Cameroun : Pour le CL2P : L’activiste Sébastien Ebala est un prisonnier politique