Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Meurtre de Florence Ayafor : Quand Les assassins organisent le deuil de la victime

Cameroun : Meurtre de Florence Ayafor : Quand Les assassins organisent le deuil de la victime

0
Partages
Pinterest Google+

Alors que le pouvoir de Yaoundé continue de garder le silence autour du crime crapuleux de la gardienne de prison, des organismes sponsorisés par le gouvernement camerounais envisagent l’organisation de 5 jours de deuil en novembre prochain à Yaoundé pour commémorer la disparition de la victime. Parmi les organisateurs, deux activistes pro-Biya soupçonnés d’être en complicité avec les assassins de la gardienne de prison.

Lorsque des assassins décident d’organiser les obsèques de leur victime, ça donne ceci : 5 jours de deuil (du 11 au 15 novembre prochain) à la mémoire de Florence Ayafor au palais des Congrès de Yaoundé de 18h à l’aube, dans le cadre de l’opération baptisée « ça doit cesser ». Une initiative de Synergy of Cameroon Patriots. Une organisation inconnue du bataillon. Sans doute l’une des multiples créées de toutes pièces par le gouvernement camerounais pour combattre les indépendantistes anglophones.

Pourtant, le régime Biya est resté silencieux depuis l’assassinat avec mutilation puis décapitation de la gardienne de prison Florence Ayafor le 29 septembre 2019. L’exhortation faite à ce régime par les Etats-Unis le 10 octobre dernier d’ouvrir une enquête et de traduire les suspects devant la justice n’a toujours pas été traduite en acte concret. Pour susciter l’émoi et la sympathie de l’opinion internationale, le gouvernement camerounais a décidé de donner sa bénédiction à cette initiative au cours de laquelle les « terroristes sécessionnistes » seront mis aux bancs des accusés comme étant les auteurs de ce crime crapuleux.

Indignation sélective

Cette indignation à propos du meurtre de Florence Ayafor laisse songeur dans la mesure où de nombreuses familles qui dorment à la belle étoile dans les forêts du Cameroun anglophone parce que leurs villages ont été rasés par des soldats camerounais tout comme les plus de 10 000 personnes (y compris des bébés) massacrés par des militaires camerounais, n’ont pas bénéficié de la même compassion. De quoi soupçonner des arrière-pensées politiques qui sous-tendent cette opération « ça doit cesser ».

Autre curiosité de cette initiative, deux des partenaires de cet  événement sont des suspects sérieux dans l’assassinat de Florence Ayafor. Il s’agit de Nkonda Titus, activiste contre-révolutionnaire, administrateur de la page Facebook Ma Kontri Pipo Dem (MKPD) et Genesys Kenelly, gérant de la page Facebook « We Love Cameroon ». Ces deux activistes anglophones proches du régime Biya sont les premiers à avoir reçu puis publié la vidéo de l’assassinat horrible de Florence Ayafor. De quoi trahir la collusion entre ces derniers et les assassins.

Bien plus, Nkonda Titus a diffusé la photo de l’un des assassins identifiés dans la vidéo dans un direct sur sa page Facebook Ma Kontri Pipo Dem (MKPD) le 3 octobre dernier à 19h30. Comment a-t-il fait pour avoir sa photo quelques jours seulement après le crime si cela ne trahit pas une relation qu’il entretient avec les auteurs de cet assassinat horrible ? Curieusement, ce sont les premiers suspects dans l’assassinat de Florence Ayafor qui vont mettre la main à la pâte de l’organisation de son deuil. Ceux-là même qui ne cachent pas leur objectif de « détruire l’Ambazonie », autrement dit, de saboter à coup de propagande la lutte du peuple anglophone pour la restauration du Southern Cameroons.  Quelle horreur !

Michel Biem Tong

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Drame de Bafoussam : Un ancien ministre aujourd’hui réfugié politique déplore la faible mobilisation des pouvoirs publics

Article suivant

Cameroun : Liberté d’expression : Pen International appelle à la libération du journaliste Paul Chouta