Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Présidentielle 2018 : Des organisations de la société civile appellent à la non-violence

Cameroun : Présidentielle 2018 : Des organisations de la société civile appellent à la non-violence

3
Partages
Pinterest Google+

Ci-dessous, le communiqué conjoint de 11 organisations de défense des droits de l’homme parvenu à la rédaction de votre journal en ligne au sujet du déroulement de la présidentielle du 7 octobre.

Les citoyens camerounais sont appelés aux urnes le 07 octobre 2018 pour l’élection présidentielle. Cette élection présidentielle est entourée de défis majeurs parmi lesquels :

– la grave crise sécuritaire dans les régions anglophones en proie aux revendications séparatistes. Avec un bilan déplorable dont près de 200 000 déplacés internes, environ 15000 réfugiés, des dizaines de villages détruits, près de 400 civils tués, des centaines d’agents de force de l’ordre et de défense tués, des dizaines de personnes disparues, des centaines de personnes arrêtées et détenues, des milliers d’enfants déscolarisés…

– l’absence d’un consensus politique sur le cadre légal des élections

– les doutes persistants sur l’indépendance et l’impartialité de l’organe de gestion des
élections (ELECAM),

– La faible participation effective des citoyens au processus : le nombre total d’inscrits n’avoisinant que les 6.500.000 inscrits au lieu d’une dizaine de million au regard des statistiques pertinentes

– La généralisation du discours violents et tribal à travers les réseaux sociaux,

Tous ces défis et bien d’autres interpellent tout acteur soucieux de la préservation de la paix et de la protection des droits de l’homme pendant le processus électoral en cours.

Ainsi, les organisations de la société civile, réunies en concertation le 05 octobre 2018 à Yaoundé,
Demande au Gouvernement de protéger et de préserver les libertés fondamentales de tous les camerounais et de tous les personnes sur le territoire camerounais avant pendant et après l’élection présidentielle.

Il s’agit plus précisément :

o De veiller à ce que tous les canaux de communication y compris le téléphone et l’internet restent accessibles et disponibles. En effet, il est essentiel pour tous les acteurs de communiquer et d’échanger librement sur toutes les questions liées au processus électoral et question connexes. La liberté d’expression et de communication ne peut être restreinte pour aucune raison

o De veiller à la liberté de circulation des personnes pendant et après l’élection dans les 10 régions du Cameroun. Les décisions administratives de limitation des mouvements des populations dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest sont à déplorer dès lors qu’elles sont en dehors du cadre légal applicable, et doivent être levées.

o D’arrêter les opérations policières de ratissage et de rafle observées dans les quartiers de Yaoundé, notamment ceux à forte concentration de déplacées internes fuyant la crise des régions anglophones. En effet, les descentes musclées des forces de maintien de l’ordre sont régulièrement effectuées depuis quelques jours dans quartiers Biyemassi, Etoug-ebé pour Yaoundé et Bonassama, Bonabéri pour Douala. Ces descentes se soldent généralement par des arrestations et détentions arbitraires, les perquisitions arbitraires des domiciles, les traitements cruels, inhumains et dégradants des populations.

x Demande instamment à tous les Candidats d’appeler au calme et à la non-violence pendant et après les élections et de prendre l’engagement de respecter les voies légales prévues pour toute contestation.

x Demande aux organisations de la société civile de ne pas se limiter à l’observation du déroulement des opérations de vote le 07 octobre, mais à s’intéresser aussi aux
droits de l’homme sus évoqués pour des prises de position conséquentes
.

Demande enfin aux citoyens d’accomplir leur devoir citoyen dans le calme.

Fait à Yaoundé le 05 octobre 2018

 

Ont signé :

 

Nouveaux Droits de l’Homme Cameroun

 

Association pour la Défense et la Promotion des droits de l’Homme et des Libertés
(ASDEPROD) – Bertoua

 

Association Internationale Kofi Annan

 

Collectif Camerounais des Organisations des Droits de l’Homme et de la Démocratie
(COCODHD)
Plate-forme de la société civile pour la démocratie

 

All Women Together

 

Mandeler Center

 

Solutions Cameroun

 

Futur Afrique Consulting

 

Conscience Africaine

 

Groupe d’Action pour la Promotion et la Protection des personnes handicapées

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Présidentielle 2018 : Des bulletins de vote en braille pour les aveugles

Article suivant

Guerre de libération du Southern Cameroon : Des soldats camerounais accusés d’avoir tué un jeune séminariste à Bamessing

Aucun Commentaire

Laisser un réponse