Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Répression : Paul Chouta en prison sur ordres de la présidence de la République

Cameroun : Répression : Paul Chouta en prison sur ordres de la présidence de la République

1
Partages
Pinterest Google+

Le journaliste et lanceur d’alertes a comparu ce mardi 9 juillet 2019 devant le Tribunal de première instance de Yaoundé. Mais sa plaignante, l’écrivaine franco-camerounaise Calixte Beyala s’est inscrite aux abonnés absents. L’affaire a été reportée au mois d’août prochain.

Paul Chouta est retourné en prison après l’ouverture de son procès ce 9 juillet 2019. Le journaliste du site d’information de Cameroonweb, administrateur de la page Facebook le TGV de l’Info, comparaissait pour la première fois devant le Tribunal de première instance (Tpi) de Yaoundé-centre administratif. Mais l’affaire a été reportée au 13 août prochain pour comparution de la plaignante. Cette dernière qui n’est autre que l’écrivaine franco-camerounaise Calixte Beyala a brillé par son absence. Le collège des juges a ignoré la demande de liberté provisoire introduite par les avocats de l’accusé.

Paul Chouta est accusé de diffamation et de propagation de fausses nouvelles. Mais d’après un article posté sur sa page Facebook le 4 juin dernier à 6h 42, le journaliste Boris Bertolt met en cause le directeur du cabinet civil à la présidence de la République, Samuel Mvondo Ayolo (il serait le concubin de Calixte Beyala) et l’actuel patron du groupe de presse l’Anecdote, Jean Pierre Amougou Belinga, protégé du tout puissant ministre de la Justice Laurent Esso, pour leur rôle dans la séquestration du jeune journaliste.

Kidnappé le 28 mai dernier par des policiers en civil et conduit à la Direction de la police judiciaire à Yaoundé sans convocation ni mandat, Paul Chouta a été placé en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé le 10 juin dans des conditions désastreuses. Le Committee to Protect Journalist, un organisme international de défense de la liberté de presse basé aux USA exige sa libération immédiate. Sur la liste noire des services secrets camerounais depuis novembre 2018, Paul Chouta a été agressé non loin de son domicile à Yaoundé fin janvier dernier par des personnes non-identifiées.

www.hurinews.com  

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Climat social : Vers une autre émeute de la faim ?

Article suivant

Cameroun :Affaire Maurice Kamto et Cie : Il faut les libérer tous

Aucun Commentaire

Laisser un réponse