Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Scandale : Un directeur général de société accusé d’abus sexuel sur mineure

Cameroun : Scandale : Un directeur général de société accusé d’abus sexuel sur mineure

3
Partages
Pinterest Google+

D’après son témoignage recueilli par le cyber-activiste et ancien militaire camerounais Patrice Nouma, la jeune fille âgée de 17  ans au moment des faits dit être très malade après avoir eu des rapports sexuels avec le directeur général du Fonds national de l’emploi, Camille Mouthe à Bidias.

Le directeur général du Fonds national de l’emploi au Cameroun, Camille Mouthe à Bidias

Une jeune fille âgée de 17 ans et demi au moment des faits d’après son récit, abusée en pleine période de menstrues puis testée séropositive. Tel est le calvaire que raconte une collégienne  vivant dans la ville de Bafia (centre du Cameroun). Dans des vidéos (voir au bas de l’article) postées sur Youtube par l’ancien militaire et cyber activiste camerounais en exil aux Etats-Unis, Patrice Nouma, une jeune fille qui se prénommerait Pascaline raconte, éplorée par moments, qu’elle a eu des relations sexuelles avec Camille Mouthe à Bidias, directeur général du Fonds national de l’emploi (FNE) aussi bien à  Bafia qu’à l’hôtel Hilton à Yaoundé.

D’après le récit de la jeune collégienne, après que ce haut commis de l’Etat ait abusé d’elle, elle a commencé à ressentir des maux atroces de bas ventre et ses périodes de menstrues étaient devenues anormales : « je suis allé à l’hôpital de Bafia pour faire des examens mais au moment de venir les chercher, j’apprends que Monsieur Mouthe les adéjà pris, un jour, il m’a même dit que je n’ai rien, le test est négatif, de ne pas avoir peur, pourtant je suis malade, à l’hôpital, on m’a dit que j’ai le palu alors que le bas-ventre me fait très mal », se lamente la jeune fille.

Sur la vidéo, Patrice Nouma dit avoir recueilli les témoignages de plusieurs autres victimes de Mouthe à Bidias, filles comme garçons et même de celles d’un ancien ministre aujourd’hui décédé. Titulaire d’un probatoire, la jeune fille âgée  dit n’avoir pas pu poursuivre ses études parce très malade. Au début du récit, elle dit avoir vu un serpent noir un matin dans sa chambre à coucher. Contacté par la rédaction de hurinews.com pour entendre sa version des faits, le téléphone de Camille Mouthe à Bidias envoie l’appel à la messagerie vocale.

hurinews.com

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Justice : L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains au secours de Jean Marc Bikoko et Cie

Article suivant

Cameroun : Sébastien Ebala : « Le Tribunal criminel spécial est un machin »