Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Selon Amnesty International : 235 personnes risquent la peine de mort

Cameroun : Selon Amnesty International : 235 personnes risquent la peine de mort

0
Partages
Pinterest Google+

 L’organisation internationale vient de commettre un rapport sur les tendances relatives à l’abolition de la peine de mort dans le monde. L’Afrique sub-saharienne a fait des progrès en terme d’abolition de la peine de mort selon Amesty International. 

235 personnes sous la menaces d’une peine de mort au Cameroun. C’est ce qui ressort du rapport 2017 que vient de commettre Amnesty International sur la situation de la peine de mort dans le monde. L’organisation internationale de défense des droits humains fait remarquer cependant qu’en 2017, il n’y a eu ni condamnation à mort ni exécution de peine capitale au Cameroun.

Depuis le 23 décembre 2014, le Cameroun s’est doté d’une loi anti-terroriste qui prévoit la peine de mort pour toute personne convaincue d’actes terroristes. Tombent sous le coup de la peine capitale au Cameroun pour terrorisme aussi bien les militants de la cause anglophone que les personnes soupçonnées d’appartenir à la secte islamiste Boko Haram.

Caricature de Dépêche diplomatique Afrique

Le rapport d’Amnesty international note pour s’en réjouir un léger progrès de l’Afrique subsaharienne en 2017 dans la marche vers l’abolition de la peine de mort :  « Amnesty International a recensé des exécutions dans deux pays seulement, la Somalie et le Soudan du Sud, contre cinq en 2016…le nombre de condamnations à mort a diminué, passant de 1 086 au moins en 2016 à 878 au moins en 2017 ».

Toutefois, d’après ce rapport, le Nigéria fait figure de mauvais élève en Afrique-subsaharienne avec 621 condamnés à mort et 2285 personnes qui encourent cette peine. Mais en 2017, aucun condamné à mort n’a été exécuté au Nigéria. En Afrique du Nord, C’est l’Egypte qui bat le record avec 35 personnes exécutées et 402 personnes condamnées à la peine capitale.

hurinews.com

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Procès équitable : Le REDHAC appelle à la libération des militants anglophones

Article suivant

Guinée : Massacres du 28 septembre 2009 : Moussa Dadis Camara bientôt devant la justice

Aucun Commentaire

Laisser un réponse