Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Selon Human Right Watch : L’armée a bel et bien massacré à Ngarbuh

Cameroun : Selon Human Right Watch : L’armée a bel et bien massacré à Ngarbuh

1
Partages
Pinterest Google+

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision TV5 Monde ce samedi 22 février 2020, Ilaria Allegrozzi, chercheuse pour Human Right Watch sur l’Afrique Centrale a annoncé la publication dans les prochains jours d’un rapport comportant des images satellitaires qui montrent que l’armée camerounaise a bel et bien ciblé des civils dont de jeunes enfants à Ngarbuh, le 14 février dernier.

Elle a jeté un véritable pavé dans la marre : « ce qui s’est passé à Ngarbuh n’a pas été un incident malheureux comme les autorités l’ont dit mais un massacre délibéré des civils perpétré par les forces de sécurité camerounaises », a déclaré Ilaria Allegrozzi, chercheuse sur l’Afrique centrale pour l’ONG internationale Human Right Watch, au journal Afrique de la chaîne de télévision TV5 Monde le 22 février dernier.

Le gouvernement camerounais a donc, à en croire la chercheuse de Human Right Watch, menti en parlant d’une langue de feu émanant d’un bidon de carburant qui a tué 5 personnes, laquelle a été provoquée par un échange de tirs entre les forces de défense camerounaises et les indépendantistes anglophones : « nous avons discuté avec 25 témoins qui nous ont dit qu’il n’y a jamais eu confrontation entre les séparatistes et l’armée », a souligné Ilaria.

Les victimes brûlées par des soldats camerounais

D’après Human Right Watch, cette attaque ciblée des populations  civiles à Ngarbuh le 14 février dernier visait à la punir parce qu’accusée d’héberger des séparatistes armés dans leurs maisons. S’agissant du nombre de personnes tuées, Illaria Allegrozzi a indiqué qu’après avoir interrogé les familles des victimes, il ressort que 21 civils ont été tués par l’armée camerounaise dont 14 enfants et 2 femmes enceintes. Ils ont été enterrés dans des fosses communes, précise Ilaria.

La chercheuse a déclaré que Human Right Watch dispose d’images satellitaires des 4 maisons où les victimes ont été brûlées par l’armée camerounaise.  Le rapport de Human Right Watch sur le massacre de Ngarbuh sera publié cette semaine.

Michel Biem Tong

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Massacre de Ngarhbu : Voici quelques noms des 36 victimes documentées par le REDHAC

Article suivant

Cameroun : Crime contre l’humanité : Voici ce qui s’est passé à Ngarbuh le 14 février dernier