Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Selon La Coalition Tournons La Page : La dictature demeure

Cameroun : Selon La Coalition Tournons La Page : La dictature demeure

0
Partages
Pinterest Google+

Au cours d’un point de presse ce 15 septembre 2020 à Yaoundé, la Coalition Tournons La Page-Cameroun a procédé à l’évaluation de la démocratie depuis son avènement à la fin des années 1990.

 Face à la presse, une autopsie de la démocratie camerounaise. Un exercice auquel s’est livré la Coalition Tournons La Page ce 15 septembre 2020, date consacrée « Journée internationale de la démocratie » par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Le point de presse s’est tenue à son siège au quartier Mvog Ada à Yaoundé. Selon le coordonnateur de la Coalition et non moins point focal national de Dynamique Citoyenne, le syndicaliste Jean Marc Bikoko : « 30 ans après l’instauration du multipartisme, le Cameroun vit une démocratie confisquée qui hypothèque toute possibilité d’alternance démocratique ».

Pour le mouvement Tournons La Page, le constat à faire du processus démocratique depuis 1990 est celui de l’échec total : « La constitution qui est la loi fondamentale est devenu un véritable machin que le pouvoir tripote au gré de ses intérêts et des circonstances ; Les lois en général et celles relatives à la démocratie sont systématiquement violées ; Les droits et libertés fondamentales sont foulées au pied (rétrécissement de l’espace citoyen) ; Les élections ne constituent qu’une simple formalité, une véritable farce ( l’alternance démocratique n’est plus qu’une utopie) ; La décentralisation n’est qu’un simple serpent de mer », se désole Jean Marc Bikoko qui conclue que le Cameroun est une dictature démocratique.

Jean Marc Bikoko, Coordinateur de Tournons La Page, face aux médias

Pour sortir de ce traquenard démocratico-dictatorial, la Coalition Tournons La Page propose « le changement politique du système de gouvernance actuel, qui passe nécessairement par une transition démocratique, elle-même adossée sur un dialogue national inclusif ». Rappelons que le lancement de la Coalition Tournons La Page le 15 septembre 2015 au palais des Sports de Yaoundé a été marqué par l’arrestation de Jean Marc Bikoko et une dizaine de ses membres par la police. Au tribunal depuis le 23 octobre de la même année pour manifestation non autorisée et rébellion simple, le procès est aujourd’hui aux oubliettes.

Miche Biem Tong

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Côte d’Ivoire : Justice : Deux détenus proches parents de Guillaume Soro enlevés d’un hôpital

Article suivant

RD Congo : Sécurité : Un défenseur des droits humains porté disparu

Aucun Commentaire

Laisser un réponse