Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Selon un collectif d’avocats : 4 détenus abattus par des militaires lors de la mutinerie à la prison de Buea

Cameroun : Selon un collectif d’avocats : 4 détenus abattus par des militaires lors de la mutinerie à la prison de Buea

1
Partages
Pinterest Google+

Selon le collectif d’avocats anglophones, 3 corps ont été conduits vers une destination inconnue par des soldats camerounais. Le compte rendu du collectif fait état de 75 blessés lors de la récente mutinerie à la prison de Buea.

La prison de Buea, pendant la mutinerie

Au cours d’une  conférence de presse le 2 août dernier au sujet du bilan de la mutinerie dans les prisons centrales de Yaoundé et de Buea, le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, a annoncé qu’il n y a pas eu de morts signalés et qu’à la prison de Buea, 45 blessés dont 2 membres des forces de sécurité ont été enregistrés.

Mais après une descente à la prison centrale de Buea, un collectif de 6 avocats anglophones a pu établir que 4 détenus ont été abattus le 23 juillet par des militaires camerounais qui ont fait irruption dans le pénitencier pour tirer à l’aveuglette sur les manifestants. Le collectif revoit les chiffres des blessés brandis par le ministre à la hausse et parle plutôt de plus de 75 blessés.

S’agissant des détenus tués, le collectif d’avocats fait savoir dans un compte rendu repris par le mouvement indépendantiste anglophone que 3 corps ont été conduits par les militaires vers une destination inconnue tandis que l’autre a été déposé à la morgue de l’hôpital régional de Buea. Le collectif parle également de 60 détenus politiques (de la crise anglophone) transférés dans ce qu’ils ont appelé « des chambres de tortures inondées et non-aérées).

A Buea comme à Yaoundé, les 22 et 23 juillet dernier, des détenus de la crise anglophone ont observé des mouvements d’humeur au cours desquels ils dénonçaient les lenteurs des procédures judiciaires contre eux ainsi que leurs conditions de détention.

hurinews.com  

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Conflit en zone anglophone : 70 civils tués par des soldats camerounais en juillet 2019

Article suivant

Cameroun : Réflexion : Journalistes et acteurs de la société civile veulent la réforme de la loi anti-terroriste