Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Tribunal : Justice sera-t-elle rendue à Ibrahim Bello ?

Cameroun : Tribunal : Justice sera-t-elle rendue à Ibrahim Bello ?

0
Partages
Pinterest Google+

Torturé le 5 février 2017 dans un poste de police à Ombessa (centaine de kilomètres de Yaoundé) au point de perdre l’usage de ses pieds, amputé de ses deux jambes au cours de son opération chirurgicale à l’hôpital central de Yaoundé, pensionnaire du centre des handicapés de la capitale politique, Ibrahim Bello est au tribunal pour exiger réparation. Mais aura-t-il gain de cause au regard de l’enlisement du procès de ses tortionnaires ? L’ONG Mandela Center qui suit l’affaire depuis sa survenue s’inquiète. Voici son communiqué.

MANDELA CENTER INTERNATIONAL COMMUNIQUE  que la 6e audience de l’affaire Ibrahim Bello contre les policiers d’Ombessa s’est ouverte ce mercredi 03 juillet 2019 en matière criminelle au Tribunal de Grande Instance du Mbam et Inoubou, à Bafia.L’affaire avait été renvoyée depuis le 03 avril 2019 et n’a pu se tenir le 1er mai à cause de la fête du travail et le 05 juin 2019 à cause de la fête de Ramadan.

L’affaire avait été renvoyée à ce jour pour vider le délibéré sur la demande de mise en liberté du principal tortionnaire l’Inspecteur de Police de Premier grade (IP1), SACK Joseph Désiré, alias «Sackis », la comparution de la victime Ibrahim Bello et les dépositions des 12 témoins de l’accusation, ainsi que la comparution de l’Officier de Police de premier grade (OP1) BIKOUO Nzie Joël Cyrille, ancien responsable de l’unité de la sécurité publique d’Ombessa, toujours en liberté parce que soutenu par des réseaux au sommet de l’Etat.

La collégialité présidée par le Président du Tribunal, Jules Raymond BILLONG a décidé de rejeter la 4e demande de mise en liberté provisoire du principal détenu au motif que les faits sont graves et nécessitent sa détention pour la manifestation de la vérité.

Maitre SIMH Emmanuel a décidé de rejoindre le collège des avocats de Mandela Center International ainsi que Me Georges NGNYE.

La principale victime, Ibrahim Bello amputé des deux jambes et paralysé à la main gauche était conduit à Bafia par le Centre national de réhabilitation des personnes handicapés Cardinal Paul Emile LEGER, représenté par le chef de services des affaires juridiques et du contentieux.

Ibrahim Bello

Le tribunal a enregistré l’absence du représentant de la DGSN, civilement responsable dans cette procédure, le Commissaire de Police Serge André NIATE ainsi de de l’un des principaux tortionnaires, l’OP BIKOUO NZIE Cyrille.

Les pleures à larmes chaudes de Ibrahim Bello assis sur un fauteuil roulant devant la barre ont provoqué une vive émotion au sein de la composition du tribunal et du grand public présent dans la salle.

L’affaire a été renvoyée au 07 Aout prochain à la demande de Me SIMH nouvellement constitué et pour la comparution de l’OP BIKOUO NZIE Cyrille toujours absent depuis l’audience du 06 mars.

Mandela Center International, Mandataire Officiel de IBRAHIM BELLO et ses centaines de partenaires nationaux et internationaux, aviseront davantage dans les prochains jours sur la conduite de cette procédure au TGI de Bafia et sur son traitement INADMISSIBLE (seconde torture) au  Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapés (CNRPH) Cardinal Paul Emile LEGER d’Etoug Ebé – Yaoundé depuis Aout 2017.

Hurinews.com

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Tchad: Avec l’aide de la France : Deby veut jeter son ex-conseiller devenu opposant en prison

Article suivant

Cameroun : Réforme de la Commission nationale des Droits de l’Homme : La société civile proteste