Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Vie des ONGs : La SOCSAS PCD en guerre contre le COVID-19

Cameroun : Vie des ONGs : La SOCSAS PCD en guerre contre le COVID-19

1
Partages
Pinterest Google+

Créé il y a 4 ans, la La Société Coopérative Simplifiée des Acteurs Sociaux de la Prison Centrale de Douala (SOCSAS PCD) est engagée dans la ré-insertion des détenus et des condamnés aussi bien à intérieur qu’à la sortie de prison.  

La Société Coopérative Simplifiée des Acteurs Sociaux de la Prison Centrale de Douala (SOCSAS PCD) est une entreprise sociale qui voit le jour en 2016 dans le cadre d’un projet de l’ONG COE (Centro Orientemento Educativo) réalisé grâce à l’appui financier du Ministère Italien des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale (MAECI) et de la Conférence Episcopale Italienne (CEI). La coopérative, est partenaire local dans le cadre du projet Regard au-delà de la Prison, mis en œuvre par le COE depuis juin 2018 avec le soutien financier de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS), et dans ce cadre est protagoniste d’un processus de renforcement  des activités productives, commerciales et sociales.

Le but principal de cette coopérative est de promouvoir l’amélioration des conditions de vie des détenus et ex-détenus à travers trois principaux axes :

  • L’insertion socioprofessionnelle des détenus, en les formant et leur fournissant un appui financier pour satisfaire les besoins substantiels liés à l’incarcération ;
  • La réinsertion socioprofessionnelle des ex-détenus en leur offrant des opportunités d’emploi ou des financements pour le lancement de micro-entreprises au terme de leur période d’incarcération ;
  • Le soutien financier des associations œuvrant à l’intérieur de la prison, visant à améliorer et pérenniser les actions sociales menées par celles-ci dans la prison.

L’activité productive principale est la confection. La société coopérative de Douala dispose actuellement de deux ateliers de production, l’un à l’intérieur de la prison et l’autre à l’extérieur : le premier a une finalité formative et représente une ‘expérience intéressante d’économie carcérale, outil de rééducation à travers l’implication directe des détenus dans des activités productives ; le deuxième sert d’incubateur aux ex-détenus pendant leur parcours de réinsertion. Les produits du travail des détenus et des ex-détenus sont entre autres (des Housses d’ordinateur, Trousses école, Blague à tabac, Set de table, Dragée de mariage, Sac de divers modèles, pochettes….) Ces produits sont commercialisés au Cameroun et en Italie à travers un circuit de « commerce équitable ». Selon le fonctionnement des entreprises sociales une partie des revenus est réinvestie pour garantir la continuité des activités productives, par contre une partie est destiné annuellement à un projet social au bénéfice des détenus de la prison centrale de Douala.

En cette période de pandémie Covid-19, l’entreprise sociale a réagi activement en reconvertissant sa production pour permettre la réalisation des masques de haute qualité Confectionnés selon les indications du CHU de Grenoble (Tissu 100% coton doublé, avec un filtre en molleton sans colle….), destinées premièrement aux détenus et au personnel pénitencier de la prison centrale de New Bell et des autres prisons touchées par le projet « Regard au-delà de la Prison », notamment la prison principale de Mbalmayo, la prison centrale de Bafoussam et la prison centrale de Garoua. Une dizaine des détenus de la prison centrale de Douala ont mis leurs compétences dans le domaine de la couture et leur énergie au service d’un souci majeur et généralisé : protéger la population carcérale du covid-19

De façon parallèle, le même modèle des masques sont produits aussi à l’atelier externe, avec l’implication active de plusieurs ex-détenus qui sont entrain de suivre un parcours d’incubation dans le domaine de la couture. Ces masques, qui diffèrent de celles communément produites par les ateliers de couture pour leur qualité supérieure, sont destinés à la vente à des prix sociaux pour répondre au besoin des citoyens camerounais de se protéger du coronavirus. Dans ce cas les ex-détenus exploitent une occasion d’apprentissage pour faciliter leur accès au monde de l’emploi après la prison tout en se rendant utiles dans leur communauté dans cette période d’urgence sanitaire globale.

Une formation professionnelle dans le domaine de la couture ; la possibilité d’être préparé et accompagné pendant le complexe processus de réinsertion socio-professionnelle ; l’occasion de se sentir valorisé aux propres yeux et aux yeux des autres à travers le travail et, au même temps, de se sentir partie prenante et active d’une société qui réagit pour donner des réponses concrètes à une situation de crise sanitaire qui nous concerne tous. Ce sont les multiples opportunités offertes à ce jour par l’action de la coopérative de Douala aux détenus et aux ex détenus, qui choisissent de plus en plus de ne pas rester aux marges de la société mais de se remettre en jeu pour une réinsertion réelle.

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Crise anglophone : Une ONG appelle à un accord de paix préalable avant toute reconstruction

Article suivant

Cameroun : Assassinat du maire de Mamfe : le REDHAC condamne