Accueil»Dernières Infos»Conflit dans le Cameroun anglophone : L’armée incendie près de 600 maisons et massacre environ 75 civils en une semaine

Conflit dans le Cameroun anglophone : L’armée incendie près de 600 maisons et massacre environ 75 civils en une semaine

2
Partages
Pinterest Google+

Entre le 12 et le 18 janvier 2020,598 habitations ont été brûlées par des soldats camerounais au cours d’un raid. Des recasés de la catastrophe du Lac Nyos survenue il y a plus de 30 ans ont ont également vu des militaires camerounais réduire leurs maisons en cendres. Dans le Kupe Manengouba, au sud-ouest anglophone, plus de 50 civils ont été massacrés dans et 12 villages rasés.  

Ces derniers jours a régné une ambiance d’Apocalypse now dans le Southern Cameroons (actuels nord-ouest et sud-ouest anglophone du Cameroun). D’après nos confrères de Cameroon News Agency, entre le 12 et le 17 janvier 2020, 321 maisons ont été rasées par l’armée camerounaise dans 6 villages dans lesquels vivaient les rescapés de la catastrophe du Lac Nyos survenue le 21 août 1986. Il s’agit des villages Su-Bum, Kichowi, Buabua, Ngunakimbi et Mulung, situés dans l’arrondissement de Bum, dans le nord-ouest anglophone.On signale également 13 civils tués par des soldats camerounais dans ces différents villages.

La localité d’Oku, dans le nord-ouest anglophone, a également fait l’objet d’une invasion de l’armée camerounaise entre le 13 et le 16 janvier 2020. De sources locales, 36 maisons ont été réduites en cendres par des soldats camerounais. Le 18 janvier 2020, à Bali Nyongha (nord-ouest), des militaires camerounais, d’après des témoins sur place, ont brûlé 91 cases villageoises ainsi que des boutiques, des champs et des motos.

Dans le sud-ouest, l’une des batailles les plus lourdes de conséquences sur la population civile a été la bataille du Kupe-Manengouba. De sources locales, 150 maisons ont été rasées à Babubock et 12 civils tués par des soldats camerounais. Tandis que, non loin de là, à Bangem, de sources locales, plus de 50 personnes ont été massacrés suite à un raid aérien de l’armée camerounaise.

Dans le Southern Cameroons, l’armée camerounaise affronte des groupes indépendantistes armés pour préserver l’unité et l’intégrité du Cameroun. Ce que contestent le camp opposé qui estime que le nord-ouest et le sud-ouest (connus sous le nom originel de Southern Cameroons) sont à la base un Etat indépendant depuis le 1er octobre 1961 et que la République du Cameroun (côté francophone), indépendante depuis le 1er janvier 1960, n’a pas le droit de clamer sa souveraineté sur ce territoire.

Michel Biem Tong

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : P.Awoung Fotabong : Ce prisonnier politique otage des services secrets

Article suivant

Cameroun : Arbitraire : Des soldats camerounais veulent utiliser la force pour faire voter les Anglophones