Accueil»Dernières Infos»Conflit en zone anglophone : 9 fermiers tués par des soldats camerounais à Nkongho

Conflit en zone anglophone : 9 fermiers tués par des soldats camerounais à Nkongho

0
Partages
Pinterest Google+

Alors qu’ils se rendaient au champ, ils ont été abattus par des militaires camerounais au cours d’un raid dans le village Nkongho, au sud-ouest anglophone. La plupart des victimes sont de nationalité nigériane.

Ils s’appelaient Fred (originaire du nord-ouest), Sunday John Egbe (de nationalité nigériane vice-président de l’union des nigérians de Nkongho), Sunday  (nigérian originaire d’Akwa Ibom), Joseph Etem (nigérian), Mickael Joshua Atem (nigérian), Agbor (originaire de Upper Banyang, au sud-ouest), Peter (originaire du sud-ouest), Pa’a Christopher (originaire de Nkongho) et John Ogbona (nigérian d’Ogoni). D’après un témoin qui a vécu la scène, le 28 juillet dernier vers 7 heures, les personnes exécutées se rendaient dans leur champ lorsque des soldats de camerounais les ont arrêté puis abattu de sang-froid à Nkongho, village situé à Eyumojock, dans le sud-ouest anglophone.

Le témoin ignore les raisons pour lesquelles ces 9 fermiers sont tombés sous les balles des militaires camerounais. Cet assassinat intervient après l’arrestation le même jour de plusieurs jeunes de l’Eglise presbytérienne de Nkongho qui se rendaient à Aja Ayukndip, a confié un habitant à notre consoeur Mimi Mefo de Mimi Mefo Infos. Depuis la mutation de la crise anglophone en conflit armé en décembre 2017, des ONG internationales de défense des droits de l’homme tout comme des partenaires bilatéraux du Cameroun dont les Etats-Unis, dénoncent les assassinats ciblés des civils dans le Cameroun anglophone par l’armée camerounaise.

Soldats camerounais et forces indépendantistes anglophones se battent les premiers pour assurer l’unité des deux Camerouns francophone et anglophone acquise après un référendum organisé le 20 mai 1972, les secondes pour le retour au British Southern Cameroons (Cameroun anglophone) d’avant le 1er octobre 1961 (date d’indépendance de ce territoire) après que l’union avec la République du Cameroun francophone se soit, d’après elles,  avérée un marché de dupes.

Michel Biem Tong

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Conflit en zone anglophone : Le gouvernement camerounais refuse le dialogue

Article suivant

Guerre d’indépendance en zone anglophone : Voici pourquoi le pouvoir de Yaoundé a kidnappé des proches parents de l’activiste Chris Anu