Accueil»Dernières Infos»Côte d’Ivoire : Selon Amnesty International : La police a utilisé des groupes armés de machettes contre des manifestants

Côte d’Ivoire : Selon Amnesty International : La police a utilisé des groupes armés de machettes contre des manifestants

5
Partages
Pinterest Google+

D’après une dépêche de l’ONG internationale lue par hurinews.com, la police ivoirienne a permis à des dizaines de jeunes armés de machettes et de bâtons de s’attaquer aux manifestants contre la candidature du président Alassane Ouattara à la prochaine élection présidentielle, le 15 août dernier dans les rues d’Abidjan. 3 membres de la société civile ont également été arrêtés à cette occasion, selon Amnesty International.

Selon un témoignage exclusif obtenu par Amnesty International, à Abidjan, des policiers ont apparemment permis à des groupes d’hommes, qui étaient pour certains armés de machettes et de gros bâtons, d’attaquer des manifestantes qui protestaient contre la décision du président Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat.

Dans un entretien exceptionnel, un policier qui était de service le 13 août dans le quartier de Yopougon, à Abidjan, a déclaré à Amnesty International avoir entendu avec inquiétude ses collègues raconter que la semaine dernière des hommes armés avaient « aidé » la police à disperser des protestataires.

Deux minibus (gbakas) transportant des dizaines de jeunes hommes, dont certains étaient armés, sont arrivés à deux endroits du mouvement de protestation où le policier se trouvait. À l’un de ces endroits, deux hommes montés sur une moto escortant les gbakas se sont approchés du policier dirigeant les opérations et après une brève conversation, le groupe de jeunes hommes s’est mis, sans être inquiété, à chasser et à disperser les protestataires dans le quartier.

L’intégralité de la dépêche à lire ici :

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Disparition forcée : Un fonctionnaire international réclame justice pour l’opposant Guerandi Mbara

Article suivant

Droit d’autodétermination : Voici pourquoi les revendications indépendantistes du peuple du Southern Cameroons sont légitimes