Accueil»Dernières Infos»Détention arbitraire de Patrick Sapack et David Eboutou : Lettre ouverte à Paul Biya et à Denis Sassou Nguesso

Détention arbitraire de Patrick Sapack et David Eboutou : Lettre ouverte à Paul Biya et à Denis Sassou Nguesso

0
Partages
Pinterest Google+

Le promoteur de votre journal en ligne www.hurinews.com saisi par lettre ouverte les présidents de la République du Cameroun et du Congo au sujet de la situation carcérale de Patrick Sapack et David Eboutou, deux anciens consultants de la chaîne de télé privée camerounaise Vision 4. 

Messieurs les présidents des Républiques du Cameroun et du Congo,

Je me permets de vous transmettre ce message pour vous informer de la situation de deux Camerounais séquestrés à la prison centrale de Yaoundé depuis le 22 juin 2016 sans la moindre preuve de faux en écriture privée. Il s’agit de Patrick Sapack et de David Eboutou, deux anciens consultants de la chaîne de télévision  privée Vision 4 appartenant au groupe de presse camerounais l’Anecdote.

Monsieur le président de la République du Congo,

Patrick Sapack et David Eboutou sont deux consultants TV dont vous appréciez les analyses et que vous portez en haute estime. Ces deux compatriotes ont beaucoup œuvré à travers une vaste campagne de communication par eux menée via Vision 4 pour que vous soyez reélu en mars 2016 à la tête du Congo. Mais êtes-vous au courant qu’ils ont été arrêtés quelques mois plus tard au siège de Vision 4 sur ordres du patron du groupe l’Anecdote Jean Pierre Amougou Belinga ?

Savez-vous que sur les 7OO millions que votre directeur du cabinet de l’époque, Firmin Ayessa, a débloqué pour le travail abattu par Patrick Sapack et David Eboutou, ces derniers n’ont jusqu’à ce jour pas reçu les 200 millions de F CFA convenus avec M.Amougou Belinga ? Voulez-vous sacrifier la liberté de deux citoyens camerounais qui vous ont rendu service sur l’autel de votre amitié avec votre homologue camerounais Paul Biya ?

Monsieur le président de la République du Cameroun,

Vous êtes président du Conseil supérieur de la magistrature, garant de l’indépendance de la justice au Cameroun.

Assumez-vous d’être à la tête d’un pays où parce qu’il est milliardaire, époux de magistrate et ami du ministre de la Justice, un certain Jean Pierre Amougou Belinga se permet de priver de liberté deux pères de famille sur la base de preuves fabriquées de toute pièce juste parce qu’il refuse de payer leur argent ?

Assumez-vous d’être à la tête d’un pays où des magistrats, à plat ventre devant ce propriétaire de médias, condamnent deux innocents à 30 mois de prison après avoir écarté la preuve qui les a conduit en prison ?

Assumez-vous d’avoir pour proche collaborateur un ministre de la Justice qui cautionne un tel pervertissement de la justice camerounaise en se rendant au domicile de cet homme d’affaires pour y prendre part à une réception suite au baptême religieux de ses enfants ? La justice rendue au nom du peuple serait-elle devenue celle des réseaux?

Monsieur le président de la République du Cameroun,

J’ose espérer que vous saurez tirer les conséquences de cette situation qui vous a été présenté afin que le Cameroun ne soit plus cette espèce de Républiquette où pour un oui ou pour un non, un richissime homme d’affaire peut se permettre de briser des vies à des honnêtes citoyens, sûr de ses soutiens dans le sérail camerounais.

Michel Biem Tong

Web journaliste, promoteur de www.hurinews.com (Tél : 00237 651 14 42 28/00237 694 17 20 52 : tongbiem@gmail.com/b_michel61@yahoo.com)

L’intégralité de l’affaire Patrick Sapack et David Eboutou à lire ici 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Récompense : Un défenseur des personnes défavorisées bientôt primé par l’UNESCO

Article suivant

Cameroun : Vie des ONG : La Maison de l’artemisia ou l’espoir des malades du paludisme