Accueil»Dernières Infos»Elu président de l’Ambazonie : Dr Sako Ikome souhaite rencontrer Paul Biya pour une négociation conduite par la Suisse

Elu président de l’Ambazonie : Dr Sako Ikome souhaite rencontrer Paul Biya pour une négociation conduite par la Suisse

0
Partages
Pinterest Google+

Lors de sa prestation de serment le 20 novembre dernier aux Etats-Unis, le président de la République à restaurer du Southern Cameroons aka Ambazonia a souhaité rencontrer le président de la République du Cameroun sur une table de négociation avec la Suisse comme médiateur. Dr Sako Ikome a pris le pouvoir sur fond de tensions entre sa faction et celle de son prédécesseur Sisiku Ayuk Tabe, kidnappé au Nigéria en janvier 2018 et remis aux autorités camerounaises qui le maintiennent captifs, lui et 9 membres de son cabinet, à la prison principale de Yaoundé.  

La page de Sisiko Ayuk Tabe en tant que chef du gouvernement intérimaire est peut-être tournée. Il ne sera peut-être plus jamais le leader de la révolution Ambazonia. Mais personne ne l’a sorti de lui-même. Les efforts infructueux pour réconcilier sa faction dirigée depuis la prison principale de Kondengui avec celle de la diaspora dirigée par Dr Samuel Sako ont finalement abouti à l’élection de ce dernier à sa place. Pour les partisans du gouvernement intérimaire d’Ambazonie et de la révolution, s’est tenue une cérémonie historique le mercredi 20 novembre dans l’État du Maryland, aux États-Unis. C’était la prestation de serment du tout premier président élu du gouvernement intérimaire d’Ambazonie, en la personne du Dr. Samuel Ikome Sako.

L’élection et l’investiture du Dr Sako sont devenues évidentes après la destitution de l’ancien président désigné, Julius Ayuk Tabe, par le Conseil de la restauration en juin dernier. Les événements menant à ce changement à la tête de l’Interim Government ont débuté mardi 19 novembre dernier avec l’annonce par Elvis Kometa, président du Conseil de la restauration, de l’élection de M. Sako : «Je me présente devant vous aujourd’hui pour vous annoncer de bonnes nouvelles», a déclaré Kometa ce mardi 19 novembre 2019 sur ABC Amba TV : “Le Conseil de la restauration élit un nouveau président pour le gouvernement intérimaire, Samuel Ikome Sako”, a annoncé Kometa, qui assume également les fonctions de président du Southern Cameroons National Council (SCNC) pour l’Amérique du Nord. Il a pris le temps d’expliquer pourquoi l’élection était devenue nécessaire. À la suite de la destitution de Sisiko Ayuk Tabe le 8 juin 2019, a-t-il déclaré, et considérant la promesse du Conseil de la restauration de combler le poste laissé vacant par la mise en accusation, et après la présentation de la candidature du Dr. Sako à l’examen du Conseil de la restauration le 24 août dernier, le Conseil a décidé de voter pour le cabinet du gouvernement intérimaire, a-t-il déclaré.

Citant la constitution du gouvernement provisoire, il a justifié cet exercice de la manière suivante: «En cas d’absence de président par intérim ou d’empêchement du président d’exercer ses pouvoirs pour quelque motif que ce soit, le vice-président  exerce tous les pouvoirs, devoirs et responsabilités conférés au président. Et le vice-président VP ne pouvant entrer en fonction ou exerçant ses pouvoirs à la place du président, tout citoyen digne d’Ambazonie dûment désigné par le Cabinet et recevant un vote à la majorité simple du Conseil de la restauration réuni en quorum en personne ou virtuellement, exerce tous les pouvoirs, devoirs et responsabilités conférés au vice-président ». Dans ce contexte, le Conseil de restauration, considérant la gravité des circonstances de notre révolution, procède avec beaucoup de prudence, de sagesse et de prévoyance, dans le plus grand intérêt des 8 millions d’Ambazoniens, sachant que le pouvoir législatif du peuple – le Conseil de la restauration, réuni ce jour-là, samedi 16 novembre 2019, dans le cadre de son devoir constitutionnel, a voté en faveur du candidat au Cabinet.

Par cette action, Dr Samuel Ikome Sako est promu président du gouvernement par intérim de la République fédérale d’Ambazonia, à compter de la date de sa prestation de serment. Le Conseil de la restauration habilite le président de la Chambre à convoquer une session conjointe extraordinaire réunissant toutes les institutions compétentes de l’IG, comme le stipule la Constitution provisoire, pour que la cérémonie assermente le nouveau président. ” Cette installation du mercredi 20 novembre a été vue par une crème de fonctionnaires du gouvernement intérimaire, d’éloges et de sympathisants, y compris une poignée du clergé.

Prenant le serment d’office, M. Sako a promis de respecter les principes de gouvernance et de renoncer au pouvoir à temps, sans tentative de formation d’une autre faction de l’IG. Il a également vanté les nombreuses réalisations de ses deux années de présidence en tant que président par intérim, citant notamment l’internationalisation de la lutte, le fait qu’un Ambazonia jusqu’alors inconnu soit désormais un nom connu dans le monde entier et la création d’ABC Amba TV, entre autres réalisations. Il a dit qu’il avait hâte de rencontrer le président Paul Biya, aux côtés de la médiation suisse et des indépendantistes du Southern Cameroons.

Les critiques qui n’ont pas vu les élections et l’inauguration se présenter ont toutefois mis en doute la nécessité de ce dernier, préférant que Dr Sako aurait tout simplement pu rester Président par intérim ou se réconcilier avec la faction de Sisiko. Cependant, M. Sako a déclaré lors d’un discours prononcé le 22 novembre au peuple d’Ambazonie que son prédécesseur en prison ayant été frappé d’incapacité et mis en accusation, l’action du Conseil ayant voté pour le confirmer au poste de président était nécessaire face à la médiation suisse anticipée.

L’un des coordinateurs des comtés (il en existe 13 dans le Cameroun anglophone), qui répondait mardi 19 novembre dernier  aux questions posées par le secrétaire à la communication Chris Anu sur ABC Amba TV, a déclaré que l’une des raisons pour lesquelles l’installation de M. Sako était arrivée tardivement était due aux efforts de fond que les dirigeants du comté avaient déployés pour créer l’unité des factions de Sisiku et de Sako. Il a ajouté qu’ils devaient renoncer à la possibilité d’une réconciliation après que Sisiku, à la deuxième réunion de sa faction, ait claqué la porte sans donner de raison et ne plus jamais revenir. Dr. Sako, selon le Conseil de la restauration, a un mandat de deux ans à la suite duquel une nouvelle élection peut être organisée.

La rédaction

Commentaires

commentaires

Article précédent

Crime de guerre au Southern Cameroons : Des chercheurs anglais en appellent à la Cour pénale internationale contre Paul Biya et Cie

Article suivant

Cameroun : Droit de vote : Mandela Center appelle au report des municipales et législatives du 9 février 2020