Accueil»Afrique»Gambie : Dictature : L’ex-président Yaya Jammeh mis face à ses crimes crapuleux

Gambie : Dictature : L’ex-président Yaya Jammeh mis face à ses crimes crapuleux

6
Partages
Pinterest Google+

La Commission vérité  et réparation a clôturé le 5 décembre dernier à Banjul l’audition des témoins des violations massives des droits humains sous le régime déchu de Yaya Jammeh. Mais aucune poursuite judiciaire n’a été ouverte malgré les aveux de certains ex-dignitaires de l’ancien régime. Les familles des victimes réclament justice.

Depuis janvier dernier, 188 témoins ont été entendus devant  la Commission Vérité, réconciliation et réparations (TRRC). Victimes, familles de victimes ou auteurs supposés de crimes. Malgré les aveux de certains hommes de main de Yahya Jammeh, aucune poursuite judiciaire n’a été engagée. Les familles des victimes réclament justice.

La Gambie est ainsi poursuivie devant la Cour de justice de la Cédéao par Sarjo Cham. Il attaque son pays pour déni de justice et atteintes à ses droits fondamentaux et ceux de son frère. L’opposant Mahawa Cham avait été enlevé en 2013 au Sénégal puis assassiné. Malgré leurs aveux, les auteurs présumés n’ont pas été inquiétés se désole Sarjo Cham :

« L’affaire a été abandonnée. Ils les ont relâchés alors qu’ils sont passés aux aveux devant la police. C’est pourquoi il faut porter l’affaire devant la Cour de justice de la Cédéao. Je n’ai aucune confiance en la Commission vérité. »

L’ex-président de Gambie, Yaya Jammeh

Sur le bureau du ministre de la Justice, une pétition signée par des familles de victimes. Elles exigent le retour en détention des Junglers, les hommes de main de l’ancien président Yahya Jammeh. Quatre d’entre eux ont été libérés en août. « Nous devons mettre fin à l’impunité en Afrique »plaide, Sira Ndow, nièce d’une victime et directrice du réseau Aneked contre les exécutions extrajudiciaires.

« La Commission vérité, le ministre de la Justice et même le président font pression pour favoriser la réconciliation et le pardon. Mais ce n’est qu’un élément du processus de la justice transitionnelle. Nous sommes inquiets de voir que la justice n’est pas suffisamment prise en considération et voilà pour quoi nous nous battons. »Tout espoir de justice n’est pas perdu puisque la Commission vérité doit faire ses recommandations à la fin de ses travaux d’ici un an.

D’après Human Right Watch, certains crimes du régime Jammeh ont été évoqués devant la Commission. Notamment l’assassinat du journaliste Dayda Hydara en 2004, l’assassinat en 2013 de deux hommes d’affaires américano-gambiens dont les corps ont été décapités et mutilés sur ordres du président Yaya Jammeh lui-même et l’exécution de 56 migrants africains.

Sources : RFI, Human Right Watch

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Crise anglophone : Voici le rapport que doit soumettre Cardinal C.Tumi aux autorités

Article suivant

Cameroun : Justice : Le tortionnaire du jeune Ibrahim Bello toujours attendu à la barre